Solidarité avec le mouvement de contestation en Iran !

Communiqué du Front Social, le 3.01.2018

SOLIDARITÉ AVEC LE MOUVEMENT DE CONTESTATION EN IRAN !

La société iranienne explose par en bas, parce que, comme en France, elle a marginalisé les besoins sociaux et démocratiques au point de les nier. Prenons une leçon de persan, car notre beau pays, dirigé par un seul contre tous, livré à la pioche des démolisseurs libéraux, cadenassé contre toute considération sociale, va générer ce genre de révolte populaire.

Depuis le 28 décembre, les manifestations quotidiennes dans plus de 55 villes iraniennes dénoncent la vie chère, le chômage, la corruption et la dictature des mollahs ; des bâtiments publics, des centres religieux, des banques, des sièges de la milice islamique du régime et des voitures de police ont été incendiés.

Le pouvoir craint cette irruption massive de la population dans les rues, qui associe les revendications sociales et politiques. Il y répond par la répression massive des manifestations et la censure les réseaux sociaux. Plusieurs dizaines de morts, des centaines de blessés et des centaines d’arrestations sont déjà à déplorer.

Mais pour l’heure rien n’arrête les manifestations qui continuent et s’amplifient.

Le régime accuse les manifestants d’être manipulés par des pays étrangers afin de dissimuler la profondeur sociale de la colère qui est en train de s’exprimer. Les manifestants parlent eux de « révolution des œufs » à cause de la hausse brutale de leur prix, de la baisse des subventions aux plus démunis, de la faillite des banques…

La dictature craint que ce mouvement fasse sa jonction avec les militants syndicaux iraniens qu’il s’acharne à éliminer, sans y arriver, en les réprimant par la prison, la torture et la mort.

En 1979, le recul réactionnaire mondial avait commencé en Iran. Là, le mouvement repart dans le sens des droits démocratiques et sociaux : l’année commence en Iran. Leur combat est le nôtre.

Le mouvement social et syndical en France, ne peut que se retrouver lui-même dans l’essentiel des revendications en Iran contre la vie chère, le chômage et la corruption. C’est son devoir de tout faire pour soutenir la contestation en Iran, empêcher la répression qui s’abat sur les manifestants et les aider à faire reculer la dictature.