Face à la politique antisociale du président Macron
Tou.te.s concerné.es...
Convergences des luttes et des grèves
Lançons la contre-offensive...
S'unir pour ne plus subir
Avec le Front Social
Déterminé.es à gagner ensemble !
Précédent
Suivant

Fil d'actu Facebook

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Il y a 3 mois

Front Social Sarthe

Communiqué de notre collectif, n'hésitons pas à le partager !

" Fermer un lieu d'hébergement d'urgence non-officiel sans ouvrir des hébergements d'urgence officiels, c'est aggraver la situation

L'épidémie de coronavirus nécessite le confinement de toutes les personnes (dans la mesure où nous n’avons pas les moyens de réaliser des tests massifs), mais un confinement digne et sans promiscuité contagieuse. Si tristement nécessaire du fait des cruels non et mal logements, le dispositif manceau de l'hébergement d'urgence est incapable en l'état de loger l'ensemble des personnes à la rue sans être suroccupé. Avant il en refusait de nombreuses car les autorités ne veulent pas mettre les moyens nécessaires à une quantité suffisante de places. Soudain, à l'occasion de ce confinement, elles font mine de se préoccuper de la santé de ces personnes et leur trouvent exceptionnellement un toit en les entassant. Le confinement à tout prix dans les lieux existants est inacceptable. D'autant plus lorsque les autorités ont la possibilité de réquisitionner des logements vides ou de mettre à disposition ceux qu'elles possèdent.

Ainsi le dispositif manceau de l'hébergement d'urgence (lieux publics, associatifs et hôtels) à destination des personnes exilées ne permet pas un confinement qui assure la distanciation physique (suroccupation, sanitaires collectifs et en nombre insuffisant...), l’autonomie (sans cuisine, surveillance des déplacements dérogatoires...) et la dignité (insalubrité, pas d'intimité, punaises de lit...). Par exemple, l’église Saint-Liboire est largement suroccupée par rapport à sa capacité d’accueil et ne remplit pas les critères minimaux en matière sanitaire. De même, plusieurs témoignages concordants rapportent que l’hôtel Le Sporting est infesté de punaises de lit.

Nous avons eu vent de solutions qui seraient prochaines, mais dans l’immédiat elles ne sont pas effectives. Or les autorités ont prévu à partir de mardi 14 avril 2020, la fermeture de la Maison Des Syndicats et des Associations (MDS&A) où sont abritées des personnes depuis plus de 6 mois (septembre 2019) afin qu’elles ne soient pas à la rue, faute d’hébergement disponible. Ces autorités annonçaient en même temps qu'il y aurait une solution d'hébergement pour toutes les personnes restant à la Maison Des Syndicats et des Associations, sans pérennité évidemment, mais depuis plusieurs jours le 115 ne donne pas de solution à plusieurs d'entre elles. Pourquoi y aurait-il de nouvelles places sans que d'autres logements soient mis à disposition ou réquisitionnés ? Quel est l'objectif : assurer la santé des personnes dans le besoin ou cocher la case "toutes les personnes à la rue sont sous contrôle officiel" ? Fermer un lieu d'hébergement d'urgence non-officiel sans ouvrir des hébergements d'urgence officiels, c'est aggraver la situation. C'est mettre davantage en danger l'ensemble des personnes concernées par l'hébergement d'urgence. De plus, cette expulsion est expéditive (découverte jeudi 09 avril 2020) et sans aucune communication : elle ferait subir aux personnes abritées un choc psychologique dans un contexte où leurs inquiétudes sont encore plus fortes qu'en sinistre "temps normal". Les autorités profitent de la crise sanitaire pour mettre fin à l'occupation de la Maison Des Syndicats et des Associations qui a permis et permet encore aujourd'hui à des personnes ignorées de ne pas dormir à la rue, de ne pas y errer le jour, de ne pas être baladées d'hébergement d'urgence en hébergement d'urgence et de trouver de la chaleur humaine. Occupation qui, depuis son début, a également pour objectif d'alerter sur la situation en vue de provoquer la mise à disposition de logements pérennes et dignes pour tou-tes, car l'hébergement d'urgence en permanence est si épuisant qu'il en est révoltant. Si la MDS&A ne permet pas des conditions de vie acceptables, il n'est pas pour autant préférable que les personnes qu'elle abrite soient entassées dans des lieux plus dangereux sanitairement. Tant que les autorités compétentes en la matière n’assureront pas des conditions d’hébergement (et du logement) dignes pour tou-tes, la Maison Des Syndicats et des Associations restera ouverte pour que personne ne soit sans toit ou dans l'errance. Nous exigeons pendant cette période de confinement, des conditions d’hébergement dignes et conformes aux besoins sanitaires du moment pour toutes les personnes. Nous rappelons par ailleurs la nécessité d’un logement pérenne et digne pour tou-tes, de l'accès aux soins pour tou-tes, et de la régularisation de tou-tes celleux n'ayant pas de papier pour qu’illes cessent de subir constamment l'exclusion et la peur d'être expulsé-es.

Des militant-es solidaires en toute circonstance
Pour nous contacter : covid-entraide72@riseup.net "
... AfficherMasquer

Messages suivants...