Face à la politique antisociale du président Macron
Tou.te.s concerné.es...
Convergences des luttes et des grèves
Lançons la contre-offensive...
S'unir pour ne plus subir
Avec le Front Social
Déterminé.es à gagner ensemble !
Précédent
Suivant

La seule façon de respirer et de vivre comme un être humain est de se libérer de la Machine et de créer un nouveau monde à l’intérieur de ce processus de la production indépendante.

Fil d'actu Facebook

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Il y a 2 semaines

nogozon
Notre ami, collègue et camarade Mehmet Sarar vient dêtre libéré de la prison de Freiburg. 
Le rassemblement prévu pour le 3 janvier est donc annulé. 
Nous remercions toutes les personnes et organisations, tous les avocat.es pour leur solidarité. 
Vive la solidarité révolutionnaire !!

GDDK

"Notre ami, collègue et camarade Mehmet Sarar vient d'être libéré de la prison de Freiburg.
Le rassemblement prévu pour le 3 janvier est donc annulé.
Nous remercions toutes les personnes et organisations, tous les avocat.es pour leur solidarité.
Vive la solidarité révolutionnaire !!

GDDK"Notre ami, collègue et camarade Mehmet Sarar vient d'être libéré de la prison de Freiburg.
Le rassemblement prévu pour le 3 janvier est donc annulé.
Nous remercions toutes les personnes et organisations, tous les avocat.es pour leur solidarité.
Vive la solidarité révolutionnaire !!

GDDK
... AfficherMasquer

Il y a 2 semaines

nogozon

... AfficherMasquer

Il y a 1 mois

nogozon
LES RETRAITES NE SONT PAS DES FARDEAUX !

[[ Il est temps de se réveiller. Ce n’est pas JUSTE une loi, c’est un changement de la conscience commune. C’est déjà le cas que dans notre société les vieux ont du mal à trouver leur place. Avec le changement de régime, le gouvernement les prend comme cible en rajoutant une couche à cette mauvaise image et nous donne le message « voici les dépenses en trop, ce sont les vieux ».
Encore un autre clivage dans la population.
En tant que Nogozon nous avons décidé de traduire le récit d’une prof d’histoire sur les vieux. Acun KARADAG est une prof d’histoire limogée par le gouvernement de lAKP il y a 3 ans pour ses idées antigouvernementales comme cest le cas pour 145 000 fonctionnaires qui connaissent le même sort.
Ce récit tiré de la vie quotidienne en Turquie nous montre comment les gens deviennent les esclaves fidèles du capitalisme en oubliant le temps. Ils oublient qu’un jour ils vont devenir des vieux retraités qui seront « inutiles » pour les patrons. Enfin, « Quand ils périssent pour les patrons ils disparaissent aux yeux de la population ».
Bonne lecture ... ]]

LES RETRAITES NE SONT PAS DES FARDEAUX !
Aujourd’hui dans le bus un vieux monsieur se tenait debout. Il n’y avait plus de place. La plupart des places étaient occupées par des jeunes. Tandis que, en colère, je me demandais pourquoi ce vieux monsieur était obligé de rester debout, une place sest libérée. J’ai cédé la place qui était devant nous deux. « Je ne m’assoirai pas, allez-y » ma-t-il dit. Je lui ai répondu que sil ne sasseyait pas, je n’allais pas m’asseoir non plus. « Je ne vais pas m’asseoir » a-t-il dit. Puisque dans ce discours j’ai senti une sorte de fierté et pas une simple courtoisie envers une femme, j’ai insisté. « Puisque nous prenons le bus gratuitement je ne m’assoirai pas » a-t-il dit. « Comment ça ? » ai-je répondu avant quil rajoute « Ils (les gens) râlent quand on s’assoit ».
J’ai eu un nœud à la gorge. En mefforçant de ne pas pleurer jai dit « Vous avez servi ces gens et ce pays pendant des années, vous êtes retraité et n’êtes pas un meuble à jeter. Ceux qui vous regardent avec un tel œil comprendrons la honte qu’ils ont construite quand ils auront le même âge mais ce sera trop tard ».
Le vieux monsieur avait une telle posture de fierté. Incroyable ! Ni moi ni lui ne nous sommes assis sur la place qui venait d’être libérée. Quelques temps après, quand plusieurs places étaient libres, je me suis assise derrière. J’ai laissé couler mes larmes une fois que j’étais loin des yeux. Je ne vais jamais oublier le visage de ce vieux monsieur et tout ce que le système capitaliste a fait à notre peuple.
Je connais comment cette sale mentalité s’est propagée dans la population, celle qui calcule la valeur d’un être humain par rapport à l’argent quil fait gagner. Les cerveaux conformes à ce système sont cultivés par son propre système d’éducation. Les cerveaux castrés par la télé, les séries, l’internet et les publicités trouvent superflu le droit de voyager à titre gratuit des retraités. Il se peut qu’il y ait des gens qui disent « mais ils vagabondent inutilement ». Il n’est pas nécessaire de vieillir pour comprendre les vieux. Vous allez comprendre si vous lisez un peu ou si vous réfléchissez.
Les vieux sont vus comme des surcharges. Ils n’arrivent plus à donner de l’argent de poche à leurs enfants. Ils n’arrivent pas à travailler et les nourrir. Quand ils périssent pour les patrons ils disparaissent aux yeux de la population. On attend qu’ils meurent. L’autre jour, dans un autre bus quelqu’un disait « Ils vont jusqu’à Ulus* pour un kilo de tomates parce que le bus est gratuit ». Je n’en croyais pas mes oreilles. Comment ne comprennent-ils pas que la tomate est un prétexte et que ça leur fait du bien aux vieux de sentir qu’ils sont utiles et qu’ils se détendent en allant quelque part comme à l’époque où ils travaillaient. Était-ce si difficile de comprendre qu’être parmi les gens leur fait du bien ? Mais de nos jours grossiers, il n’y a pas de base pour autant de finesse dans ce pays.
Le peuple Anatolien a oublié son histoire. Il a perdu le respect envers les vieux en courant pour servir le monde de travail du capitalisme. Au lieu de réagir contre l’insuffisance des salaires des retraités, avoir de la colère vis-à-vis des retraités est totalement une mentalité de patron. La population qui a perdu sa délicatesse est en train de mourir grossièrement, vous en êtes conscient ?
Acun KARADAG
Prof d’histoire et résistante de Yuksel contre les purges des fonctionnaires
*Un lieu au centre-ville d’Ankara

LES RETRAITES NE SONT PAS DES FARDEAUX !

[[ Il est temps de se réveiller. Ce n’est pas JUSTE une loi, c’est un changement de la conscience commune. C’est déjà le cas que dans notre société les vieux ont du mal à trouver leur place. Avec le changement de régime, le gouvernement les prend comme cible en rajoutant une couche à cette mauvaise image et nous donne le message « voici les dépenses en trop, ce sont les vieux ».
Encore un autre clivage dans la population.
En tant que Nogozon nous avons décidé de traduire le récit d’une prof d’histoire sur les vieux. Acun KARADAG est une prof d’histoire limogée par le gouvernement de l'AKP il y a 3 ans pour ses idées antigouvernementales comme c'est le cas pour 145 000 fonctionnaires qui connaissent le même sort.
Ce récit tiré de la vie quotidienne en Turquie nous montre comment les gens deviennent les esclaves fidèles du capitalisme en oubliant le temps. Ils oublient qu’un jour ils vont devenir des vieux retraités qui seront « inutiles » pour les patrons. Enfin, « Quand ils périssent pour les patrons ils disparaissent aux yeux de la population ».
Bonne lecture ... ]]

LES RETRAITES NE SONT PAS DES FARDEAUX !
Aujourd’hui dans le bus un vieux monsieur se tenait debout. Il n’y avait plus de place. La plupart des places étaient occupées par des jeunes. Tandis que, en colère, je me demandais pourquoi ce vieux monsieur était obligé de rester debout, une place s'est libérée. J’ai cédé la place qui était devant nous deux. « Je ne m’assoirai pas, allez-y » m'a-t-il dit. Je lui ai répondu que s'il ne s'asseyait pas, je n’allais pas m’asseoir non plus. « Je ne vais pas m’asseoir » a-t-il dit. Puisque dans ce discours j’ai senti une sorte de fierté et pas une simple courtoisie envers une femme, j’ai insisté. « Puisque nous prenons le bus gratuitement je ne m’assoirai pas » a-t-il dit. « Comment ça ? » ai-je répondu avant qu'il rajoute « Ils (les gens) râlent quand on s’assoit ».
J’ai eu un nœud à la gorge. En m'efforçant de ne pas pleurer j'ai dit « Vous avez servi ces gens et ce pays pendant des années, vous êtes retraité et n’êtes pas un meuble à jeter. Ceux qui vous regardent avec un tel œil comprendrons la honte qu’ils ont construite quand ils auront le même âge mais ce sera trop tard ».
Le vieux monsieur avait une telle posture de fierté. Incroyable ! Ni moi ni lui ne nous sommes assis sur la place qui venait d’être libérée. Quelques temps après, quand plusieurs places étaient libres, je me suis assise derrière. J’ai laissé couler mes larmes une fois que j’étais loin des yeux. Je ne vais jamais oublier le visage de ce vieux monsieur et tout ce que le système capitaliste a fait à notre peuple.
Je connais comment cette sale mentalité s’est propagée dans la population, celle qui calcule la valeur d’un être humain par rapport à l’argent qu'il fait gagner. Les cerveaux conformes à ce système sont cultivés par son propre système d’éducation. Les cerveaux castrés par la télé, les séries, l’internet et les publicités trouvent superflu le droit de voyager à titre gratuit des retraités. Il se peut qu’il y ait des gens qui disent « mais ils vagabondent inutilement ». Il n’est pas nécessaire de vieillir pour comprendre les vieux. Vous allez comprendre si vous lisez un peu ou si vous réfléchissez.
Les vieux sont vus comme des surcharges. Ils n’arrivent plus à donner de l’argent de poche à leurs enfants. Ils n’arrivent pas à travailler et les nourrir. Quand ils périssent pour les patrons ils disparaissent aux yeux de la population. On attend qu’ils meurent. L’autre jour, dans un autre bus quelqu’un disait « Ils vont jusqu’à Ulus* pour un kilo de tomates parce que le bus est gratuit ». Je n’en croyais pas mes oreilles. Comment ne comprennent-ils pas que la tomate est un prétexte et que ça leur fait du bien aux vieux de sentir qu’ils sont utiles et qu’ils se détendent en allant quelque part comme à l’époque où ils travaillaient. Était-ce si difficile de comprendre qu’être parmi les gens leur fait du bien ? Mais de nos jours grossiers, il n’y a pas de base pour autant de finesse dans ce pays.
Le peuple Anatolien a oublié son histoire. Il a perdu le respect envers les vieux en courant pour servir le monde de travail du capitalisme. Au lieu de réagir contre l’insuffisance des salaires des retraités, avoir de la colère vis-à-vis des retraités est totalement une mentalité de patron. La population qui a perdu sa délicatesse est en train de mourir grossièrement, vous en êtes conscient ?
Acun KARADAG
Prof d’histoire et résistante de Yuksel contre les purges des fonctionnaires
*Un lieu au centre-ville d’Ankara
... AfficherMasquer

Messages suivants...