CGT Ford Blanquefort : mise au point

Il est faux de dire et d’écrire « qu’aucun repreneur fiable et solide n’ait proposé, à priori, de plan de reprise permettant de garantir l’avenir du site de Ford Blanquefort »

Le syndicat CFTC qui attendait « d’avoir les précisions permettant de juger des éléments factuels, à priori absents, qui auraient dû permettre de prouver la solidité du business plan du repreneur potentiel » les a eues ce vendredi 14 décembre 2019, en même temps que tous les autres syndicats représentatifs. Il les aurait même eues plus tôt s’il avait participé aux discussions plutôt que de ne participer qu’à une réunion de temps en temps quand il ne quittait pas la salle en cours de journée…

En effet, aujourd’hui, s’est tenue une réunion avec le cabinet d’expertise économique du CE et toutes les informations (confidentielles) nécessaires concernant le business plan du candidat à la reprise, PUNCH, ont été fournies : prévision d’activités, nombre d’emplois, investissements, accord des banques pour les emprunts, retour aux bénéfices, info sur les lettres d’intentions de constructeurs, etc… Mais le business plan a été fournis à tous les syndicats ayant des élus au CE il y a déjà plusieurs jours !!! Pourquoi faire comme si rien n’était dit ?!
Il a aussi été expliqué aujourd’hui le schéma juridique envisagé pour la reprise et les engagements des uns et des autres. Un grand nombre d’information sur les éléments importants sécurisant les salariés et dont les détails ont été publiés dans notre tract sur l’accord de principe.

Contrairement aux syndicats CGT, FO et CFE/CGC, du fait de sa non-participation au travail d’élaboration du schéma juridique, de la sécurisation et l’apport des garanties pour les salariés qui veulent partir et ceux qui veulent rester, la CFTC les a découverts en détails aujourd’hui. Et la démonstration a été suffisamment complète et instructive pour que le syndicat réfractaire à toute reprise n’ait aucune question à poser. Pas la moindre. Un silence de cathédrale… Les visages surpris par les avancées et l’aboutissement qu’a pris ce dossier.

Alors maintenant, le syndicat CFTC pourra continuer à sa guise de dénigrer ce projet de reprise au grand bonheur de Ford, dont il reprend d’ailleurs carrément les arguments fallacieux, mais ce serait vraiment malhonnête intellectuellement.

Ceci étant dit, si son objectif est réellement la sauvegarde des emplois comme il le prétend, il est encore temps de reconnaître ses erreurs et le travail accompli… Et d’ouvrir les yeux sur le véritable adversaire, celui qui méprise les salariés, celui qui veut fermer l’usine et supprimer tous les emplois = Ford !