Comment les médias mentent sur le nombre de grèves en les minimisant systématiquement ?

Luttes Invisibles – Selon le Figaro, il y aurait eu « moins de grèves en 2017 »

COMMENT LES MÉDIAS MENTENT SUR LE NOMBRE DE GRÈVES EN LES MINIMISANT SYSTÉMATIQUEMENT

Le Figaro, comme c’est l’habitude, ouvre la salve des « fake news » (Macron va-t-il interdire celle là ?) sur le nombre de grèves dont il affirme le 4 janvier 2018 qu’il y en a « eu moins en 2017 ». Ce qui va être suivi à l’envi par toute la presse et par les dirigeants politiques comme chaque début d’année.

Il faut savoir que le site sur lequel s’appuie le Figaro ne trouve qu’environ 5% des grèves que je trouve moi-même avec Luttes Invisibles en épluchant la presse régionale. C’est dire le sérieux du site. Il faut savoir ensuite que ce site a été créé pour les usagers qui dénonçaient les grèves dans les transports, bref un site anti-grève : ce n’est pas étonnant qu’il en trouve si peu.

Enfin, puisque le ministère du Travail ne va pas tarder lui aussi à publier des statistiques évidemment sur la baisse du nombre de grèves, il faut savoir que ses recensements s’appuient sur les déclarations des patrons, un peu comme si un journaliste s’appuyait sur les déclarations d’un dictateur pour savoir s’il y avait de la torture dans son pays.

Et, bien sûr, ces statistiques officielles ne recensent pas les conflits dans le public – là où il y en a le plus – pas non plus dans les petites entreprises – où leur nombre est important actuellement – puisque les petits patrons ne répondent pas aux sollicitations du ministère du Travail, pas non plus dans l’industrie automobile et ses sous-traitants car ces grands patrons ne daignent pas répondre…

Bref ils recensent les grèves chez peut-être 5 à 10 % des salariés, là où ils luttent le moins, et donc n’en trouvent pas, c’est logique.