Le moment de la riposte est arrivé, ne laissons pas seuls les gilets jaunes

Edito de la Lettre n°173 du Front Social

LE MOMENT DE LA RIPOSTE EST ARRIVE : NE LAISSONS PAS LES GILETS JAUNES SEULS

La mobilisation des gilets jaunes le 1er décembre a été une nouvelle fois très importante partout en France. Cela fait quinze jours qu’ils sont mobilisés et pourtant ils ne se fatiguent pas. Leur nombre et leur détermination sont toujours là malgré les violences policières qui ne se sont pas exercées qu’à Paris mais dans des dizaines et des dizaines de villes sans parler de la Réunion ou de la Guyane.

Ce sont des prolétaires, des retraités, des jeunes, des petits artisans, des travailleurs indépendants, des ménagères, le peuple qui avec un immense courage continuent à affronter le froid des ronds points mais aussi les gaz lacrymo des CRS.

Ils continuent à exiger la démission de Macron mais à travers ça ils disent que c’est tout qu’ils veulent changer. Au delà de la baisse des taxes sur les carburants, ils veulent – entre autre – le smic à 1300 euros nets par mois, pas de retraite en dessous de 1200 euros par mois, l’indexation des salaires et pensions sur la hausse des prix, des emplois pour les chômeurs, les embauches en CDI, la limitation des loyers des logements, l’augmentation des allocations pour handicapés, l’augmentation des impôts pour les gros, la baisse de ceux des petits, la baisse du prix du gaz et de l’électricité, la fin de la fermeture des petites lignes ferroviaires, des bureaux de poste, des écoles et des maternités, la retraite pleine à 60 ans, l’arrêt du paiement de la dette… etc.

Ils ne sont pas seuls en mouvement.

Pour la première fois depuis des années, la jeunesse a fait irruption, massivement : des milliers et des milliers de jeunes, ont fait grève le 30 novembre dans des centaines de lycées, avec les gilets jaunes et pour leurs propres revendications, contre la sélection sociale dans les études que veut leur imposer le gouvernement qui refuse l’université aux enfants d’ouvriers .

Le 1er décembre enfin, dans des dizaines de villes, les cortèges de gilets jeunes et de gilets rouges se sont retrouvés.

C’est le Tous ensemble, jeunes, gilets jaunes, syndicalistes qui se met en place.

Il faut maintenant qu’il soit aussi le Tous ensemble des grévistes ! C’est le moment dans les entreprises, les services, partout de se mettre en grève, de débrayer, de se réunir, de faire des assemblées.

Notre responsabilité est là. Si nous laissons les gilets jaunes seuls et qu’ils perdent, nous le paierons très cher, tous.

A l’inverse, si nous nous engageons, nous pouvons reprendre tout ce que Macron, les grands patrons et les gouvernements passés nous ont volé. Nous pouvons gagner. Ne laissons pas passer notre chance.

Alors c’est le moment. N’hésitons plus.