Face à la politique antisociale du président Macron
Tou.te.s concerné.es...
Convergences des luttes et des grèves
Lançons la contre-offensive...
S'unir pour ne plus subir
Avec le Front Social
Déterminé.es à gagner ensemble !

Il n’y a que les combats que l’on ne mène pas qui sont perdus d’avance.
Info’Com-CGT, le syndicat des salariés de l’information et de la communication.

Dernières news

Fil d'actu Facebook

Il y a 3 heures

Info'Com-CGT
DEUX OU TROIS CHOSES QU’ON NOUS DIT CONTRE LA SOLIDARITÉ AVEC LES MIGRANTS DE L’AQUARIUS ET DES SUIVANTS…

Voici ce que nous avons entendu ou lu, à l’occasion du rejet par l’extrême droite italienne au pouvoir de l’Aquarius, emblème choisi pour affirmer leur détermination à rejeter les migrants à la mer :

« La vie que nous subissons est déjà une galère, pour quoi et comment aurions-nous les moyens de nous occuper de cette galère nommée Aquarius ? »
« Ceux qui nous gouvernent nous enfoncent la tête sous l’eau, quels moyens avons-nous de sauver les autres, les étrangers, de la noyade ? »
« Il y a déjà un manque de travail, de logement, de service public pour nous, alors si les étrangers viennent, ce sera partager la misère. »

Toutes et tous, nous savons bien, pourtant, que la France est un pays riche, très riche, l’un des 7 plus riches de la Planète. Alors, en quoi la question serait d’accueillir « toute la misère du monde », mais d’en accueillir la part d’un pays riche, grâce à une bonne réaffectation de ces richesses concentrées entre les mains de moins de 10% de la société.

La France, hier terre d’asile, est devenue chasse gardée des banquiers et des financiers, dont l’argent a immigré à l’étranger, dans les paradis fiscaux…

Mais nous voyons aussi que l’égoïsme des riches est à ce point cuit, recuit et cristallisé qu’ils prétendent nous l’infuser en intraveineuse pour bâtir avec eux une complicité.

Voici ce que chaque gouvernement de l’Union européenne, France comprise, impose depuis des années :

« De l’argent, il y en a, mais pas pour vous. Vous êtes destinés à céder la place aux robots, nous investissons dans l’intelligence artificielle, pas dans la vôtre, dans les star up, pas dans vos vieilles entreprises publiques. Des emplois, il y en a, mais pas pour vous. Vous êtes trop payés, il y a de la main d’œuvre moins chère juste à côté. Si vous voulez un job, déménagez, formez-vous, acceptez n’importe quel travail. Si vous voulez survivre, passez donc du salariat au précariat ou mieux, à l’entrepreneuriat, pour n’avoir nul droit. Et acceptez sans broncher de passer de la sécurité sociale à l’assurance privée… »

Et pour l’immigration ?  L’Union européenne, avec la France, a décidé :

« Pour que nos salariés, chômeurs et précarisés aient l’impression que le peu qu’ils ont est à défendre en toute priorité, non contre nous, les riches, mais contre les immigrés, nous allons murer, barbeler, filtrer à l’aide de policiers déchaînés des frontières que nous allons désigner comme sacrées. C’est par là que le libéralisme de marché rejoindra l’idéologie du nationalisme et la religion du temps passé. Finance, patrie, église, voilà notre sainte trinité. »

« Dans le même temps, nous allons continuer à faire venir de la main d’œuvre qui aura comme tâche de concurrencer celle du pays concerné.Et  nous allons, comme pour l’empire africain de Bouygues et Bolloré, faire fructifier nos relations de colonisateur à coloniser. »

« Et puis, les migrations massives engendrées par la guerre, nos désastres écologiques et économiques, c’est pas notre problème. »

C’est pourquoi Info’com CGT a pris le principe de solidarité : c’est le chemin le plus simple, le plus clair, le plus évident, qui relie les exploités entre eux. Ce n’est pas le chemin le plus facile, c’est bien pour ça que nous vous invitons à le tracer ensemble, contre le libéralisme destructeur de Macron et la haine organisée des Le Pen et des extrêmes droites putréfiées.

DEUX OU TROIS CHOSES QU’ON NOUS DIT CONTRE LA SOLIDARITÉ AVEC LES MIGRANTS DE L’AQUARIUS ET DES SUIVANTS…

Voici ce que nous avons entendu ou lu, à l’occasion du rejet par l’extrême droite italienne au pouvoir de l’Aquarius, emblème choisi pour affirmer leur détermination à rejeter les migrants à la mer :

« La vie que nous subissons est déjà une galère, pour quoi et comment aurions-nous les moyens de nous occuper de cette galère nommée Aquarius ? »
« Ceux qui nous gouvernent nous enfoncent la tête sous l’eau, quels moyens avons-nous de sauver les autres, les étrangers, de la noyade ? »
« Il y a déjà un manque de travail, de logement, de service public pour nous, alors si les étrangers viennent, ce sera partager la misère. »

Toutes et tous, nous savons bien, pourtant, que la France est un pays riche, très riche, l’un des 7 plus riches de la Planète. Alors, en quoi la question serait d’accueillir « toute la misère du monde », mais d’en accueillir la part d’un pays riche, grâce à une bonne réaffectation de ces richesses concentrées entre les mains de moins de 10% de la société.

La France, hier terre d’asile, est devenue chasse gardée des banquiers et des financiers, dont l’argent a immigré à l’étranger, dans les paradis fiscaux…

Mais nous voyons aussi que l’égoïsme des riches est à ce point cuit, recuit et cristallisé qu’ils prétendent nous l’infuser en intraveineuse pour bâtir avec eux une complicité.

Voici ce que chaque gouvernement de l’Union européenne, France comprise, impose depuis des années :

« De l’argent, il y en a, mais pas pour vous. Vous êtes destinés à céder la place aux robots, nous investissons dans l’intelligence artificielle, pas dans la vôtre, dans les star up, pas dans vos vieilles entreprises publiques. Des emplois, il y en a, mais pas pour vous. Vous êtes trop payés, il y a de la main d’œuvre moins chère juste à côté. Si vous voulez un job, déménagez, formez-vous, acceptez n’importe quel travail. Si vous voulez survivre, passez donc du salariat au précariat ou mieux, à l’entrepreneuriat, pour n’avoir nul droit. Et acceptez sans broncher de passer de la sécurité sociale à l’assurance privée… »

Et pour l’immigration ? L’Union européenne, avec la France, a décidé :

« Pour que nos salariés, chômeurs et précarisés aient l’impression que le peu qu’ils ont est à défendre en toute priorité, non contre nous, les riches, mais contre les immigrés, nous allons murer, barbeler, filtrer à l’aide de policiers déchaînés des frontières que nous allons désigner comme sacrées. C’est par là que le libéralisme de marché rejoindra l’idéologie du nationalisme et la religion du temps passé. Finance, patrie, église, voilà notre sainte trinité. »

« Dans le même temps, nous allons continuer à faire venir de la main d’œuvre qui aura comme tâche de concurrencer celle du pays concerné.Et nous allons, comme pour l’empire africain de Bouygues et Bolloré, faire fructifier nos relations de colonisateur à coloniser. »

« Et puis, les migrations massives engendrées par la guerre, nos désastres écologiques et économiques, c’est pas notre problème. »

C’est pourquoi Info’com CGT a pris le principe de solidarité : c’est le chemin le plus simple, le plus clair, le plus évident, qui relie les exploités entre eux. Ce n’est pas le chemin le plus facile, c’est bien pour ça que nous vous invitons à le tracer ensemble, contre le libéralisme destructeur de Macron et la haine organisée des Le Pen et des extrêmes droites putréfiées.
... AfficherMasquer

 

Commentaire sur facebook

La pute elle a quel diplome pour avoir l'autorisation d'ouvrir une école....

N'étant plus solidaire à la base comment voulez-vous que tous ces menteurs n'arrivent pas à leur fin . La seul chose qu'ils ont oublié c'est qui achètera leur production à l'avenir . Plus de clients plus de marchés, plus d'argent frais . C'est le chat qui se mord la queue

Oui toute a faire d'accord des personnes comme ella sa place a la prison avec obligation de travaille la terre

De tous temps ses semblables ont tenu ce même langage imbécile et haineux créant misère et malheur ! le passé ne peut être effacé ou oublié, il s'appelle " EXPERIENCE " . Mais hélas ,comme déja connue,notre présent laisse apparaitre cette funeste couleur brune naissante a travers quelques pays d'europe .Quelle tristesse ! ! !

en assez de migrant France allez oust dehors

Elle ferait mieux d'y revenir celle là à l'école...

Tout à fait juste. Triste mais juste 😉

mais cela n"a rien a voir avec votre goulaque

+ Afficher plus de commentaires

Il y a 3 heures

Info'Com-CGT
COUP DU MONDE DU FOOTBALL : LES PAYS OÙ L’IMPOSITION EST LA PLUS ÉLEVÉE L’EMPORTERONT (PRONOSTIC LIBÉRAL…)

Le football est un sport simple : 22 joueurs courent après un ballon pendant 90 minutes, et à la fin, c’est le pays où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés qui gagne. Un constat sans doute moins cinglant, mais confirmé par l’irréfutable loi du terrain. Démonstration.

Après l’Euro 2016, disputé en France, nous nous étions amusés à observer le résultat des équipes participantes à la compétition et le niveau d’impôts qu’il y a dans leur pays. Conclusion : trop d’impôt ne tuait pas l’Euro… bien au contraire ! Lors de cette compétition, les nations avec le taux de prélèvements obligatoires (PO) – le rapport entre l’ensemble des taxes, impôts et cotisations sociales d’un pays et son produit intérieur brut (PIB) – le plus élevé étaient celles qui étaient allées le plus loin dans le tournoi.

Nous sommes donc en mesure de vous révéler que le Danemark sera sacré champion du monde le 15 juillet prochain, après une finale serrée contre la France !

Une dépense publique performante

Notre méthodologie est assez simple : si deux pays qui s’affrontent ont des taux de prélèvements obligatoires éloignés de plus de cinq points, celui qui taxe le plus est gagnant. En cas de différence inférieure à 5 points, nous avons décidé de compter match nul en phase de poules. A partir de la phase éliminatoire, et toujours dans le cas d’une différence inférieure à 5 points, nous avons substitué à l’analyse fiscale l’expertise sportive de la rédaction d’Alternatives Économiques (sic !). Grâce à ses 5,15 points de PO en moins, le Danemark devrait battre de justesse la France en finale.

L’explication ? Elle est assez simple : les pays à haut niveau de fiscalité sont, de façon générale, les plus développés. Grâce aux dépenses publiques, et à des systèmes de protection sociale de qualité, les habitants y sont en bonne santé et ont du temps libre pour pratiquer le sport. Par ailleurs, grâce à un haut niveau d’investissement public, les pratiquants de football de ces pays peuvent s’entraîner sur des équipements de qualité, encadrés par des éducateurs, au sein de clubs structurés, souvent payés en partie par les collectivités.

Ainsi, le miracle islandais”, qui a vu l’Islande et ses 320 000 habitants se qualifier pour les quarts de finale de l’Euro 2016, puis se qualifier cette année pour la première Coupe du monde de son histoire, n’en est pas vraiment un. Le football islandais s’est développé grâce à des équipements sportifs de grande qualité et à des éducateurs très bien formés, comme l’ont fort bien documenté nos confrères de l’Equipe Explore.

La France dans le groupe de la mort fiscal

Or le taux de prélèvement obligatoire moyen des 32 participants à la Coupe du monde s’élève à 33,5 %. 7 des 8 groupes de poule sont proches de cette moyenne. Seul un groupe se détache très nettement : celui de la France ! Ce « groupe de la mort » fiscal rassemble en effet le Danemark (58,7 %), la France (53,5 %), l’Australie (34,09 %) et le Pérou (22,4 %).

Certes, le football est un des sports où l’incertitude du résultat est la plus grande (le meilleur gagne moins souvent que dans d’autres sports), et quelques exploits viendront vous faire douter de notre théorie, mais ne vous y trompez pas, le vainqueur sera un amateur d’impôts.

Un talent à relativiser

Cette corrélation rappelle également que le talent des footballeurs (comme des autres stars”) est relatif. Il n’existe pas seulement par nature, mais est aussi le résultat d’une éducation et d’une construction sociale. Cela n’empêche pas des talents d’émerger  de nulle part », comme le prouvent de nombreux joueurs d’origine très populaire.

Mais l’éducation, l’accompagnement et les infrastructures mises à disposition sont des éléments décisifs dans la possibilité de mener une carrière au plus haut niveau. Un élément que le monde du football oublie parfois quand il dénonce le niveau des impôts... ou qu’il exige de ne pas en payer, comme l′UEFA l′a fait lors de l′Euro 2016 en France.

Source ALTERNATIVES ECONOMIQUES

COUP DU MONDE DU FOOTBALL : LES PAYS OÙ L’IMPOSITION EST LA PLUS ÉLEVÉE L’EMPORTERONT (PRONOSTIC LIBÉRAL…)

Le football est un sport simple : 22 joueurs courent après un ballon pendant 90 minutes, et à la fin, c’est le pays où les prélèvements obligatoires sont les plus élevés qui gagne. Un constat sans doute moins cinglant, mais confirmé par l’irréfutable loi du terrain. Démonstration.

Après l’Euro 2016, disputé en France, nous nous étions amusés à observer le résultat des équipes participantes à la compétition et le niveau d’impôts qu’il y a dans leur pays. Conclusion : trop d’impôt ne tuait pas l’Euro… bien au contraire ! Lors de cette compétition, les nations avec le taux de prélèvements obligatoires (PO) – le rapport entre l’ensemble des taxes, impôts et cotisations sociales d’un pays et son produit intérieur brut (PIB) – le plus élevé étaient celles qui étaient allées le plus loin dans le tournoi.

Nous sommes donc en mesure de vous révéler que le Danemark sera sacré champion du monde le 15 juillet prochain, après une finale serrée contre la France !

Une dépense publique performante

Notre méthodologie est assez simple : si deux pays qui s’affrontent ont des taux de prélèvements obligatoires éloignés de plus de cinq points, celui qui taxe le plus est gagnant. En cas de différence inférieure à 5 points, nous avons décidé de compter match nul en phase de poules. A partir de la phase éliminatoire, et toujours dans le cas d’une différence inférieure à 5 points, nous avons substitué à l’analyse fiscale l’expertise sportive de la rédaction d’Alternatives Économiques (sic !). Grâce à ses 5,15 points de PO en moins, le Danemark devrait battre de justesse la France en finale.

L’explication ? Elle est assez simple : les pays à haut niveau de fiscalité sont, de façon générale, les plus développés. Grâce aux dépenses publiques, et à des systèmes de protection sociale de qualité, les habitants y sont en bonne santé et ont du temps libre pour pratiquer le sport. Par ailleurs, grâce à un haut niveau d’investissement public, les pratiquants de football de ces pays peuvent s’entraîner sur des équipements de qualité, encadrés par des éducateurs, au sein de clubs structurés, souvent payés en partie par les collectivités.

Ainsi, le "miracle islandais”, qui a vu l’Islande et ses 320 000 habitants se qualifier pour les quarts de finale de l’Euro 2016, puis se qualifier cette année pour la première Coupe du monde de son histoire, n’en est pas vraiment un. Le football islandais s’est développé grâce à des équipements sportifs de grande qualité et à des éducateurs très bien formés, comme l’ont fort bien documenté nos confrères de l’Equipe Explore.

La France dans le "groupe de la mort" fiscal

Or le taux de prélèvement obligatoire moyen des 32 participants à la Coupe du monde s’élève à 33,5 %. 7 des 8 groupes de poule sont proches de cette moyenne. Seul un groupe se détache très nettement : celui de la France ! Ce « groupe de la mort » fiscal rassemble en effet le Danemark (58,7 %), la France (53,5 %), l’Australie (34,09 %) et le Pérou (22,4 %).

Certes, le football est un des sports où l’incertitude du résultat est la plus grande (le meilleur gagne moins souvent que dans d’autres sports), et quelques exploits viendront vous faire douter de notre théorie, mais ne vous y trompez pas, le vainqueur sera un amateur d’impôts.

Un talent à relativiser

Cette corrélation rappelle également que le talent des footballeurs (comme des autres "stars”) est relatif. Il n’existe pas seulement par nature, mais est aussi le résultat d’une éducation et d’une construction sociale. Cela n’empêche pas des talents d’émerger " de nulle part », comme le prouvent de nombreux joueurs d’origine très populaire.

Mais l’éducation, l’accompagnement et les infrastructures mises à disposition sont des éléments décisifs dans la possibilité de mener une carrière au plus haut niveau. Un élément que le monde du football oublie parfois quand il dénonce le niveau des impôts... ou qu’il exige de ne pas en payer, comme l′UEFA l′a fait lors de l′Euro 2016 en France.

Source ALTERNATIVES ECONOMIQUES
... AfficherMasquer

Il y a 21 heures

Info'Com-CGT
LA DIRECTION DE LEQUIPE SACHARNE CONTRE InfoCom-CGT ET SES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX : NON AUX #LICENCIEMENTS, NON À LA #RÉPRESSION

::: Télécharger :::
https://www.infocomcgt.fr/la-direction-generale-de-lequipe-sacharne-contre-infocom-cgt-et-ses-representants/

LA DIRECTION DE L'EQUIPE S'ACHARNE CONTRE Info'Com-CGT ET SES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX : NON AUX #LICENCIEMENTS, NON À LA #RÉPRESSION

::: Télécharger :::
www.infocomcgt.fr/la-direction-generale-de-lequipe-sacharne-contre-infocom-cgt-et-ses-representants/LA DIRECTION DE L'EQUIPE S'ACHARNE CONTRE Info'Com-CGT ET SES REPRÉSENTANTS SYNDICAUX : NON AUX #LICENCIEMENTS, NON À LA #RÉPRESSION

www.infocomcgt.fr/la-direction-generale-de-lequipe-sacharne-contre-infocom-cgt-et-ses-representants/
... AfficherMasquer

 

Commentaire sur facebook

Tagada tagada tagada....attention c’est pas toujours des fraises, parfois ce sont même des courges.

Bon ben... tous sur support.fr !!!

Il y a 1 jour

Info'Com-CGT
NOUVELLE DÉCORATION DES SIÈGES D#ASO ET DE LEQUIPE : NON AUX LICENCIEMENTS, NON À LA RÉPRESSION !

NOUVELLE DÉCORATION DES SIÈGES D'#ASO ET DE L'EQUIPE : NON AUX LICENCIEMENTS, NON À LA RÉPRESSION ! ... AfficherMasquer

En vidéos