Info’Com-CGT : le CICE est un hold up contre l’emploi et les chômeurs

LES ENJEUX DU 9 NOVEMBRE : RÉDUIRE LE CHÔMAGE OU L’INDEMNISATION DES CHÔMEURS ?
LE CICE DEVAIT CRÉER 1 MILLION D’EMPLOIS !
OÙ SONT PASSÉS LES MILLIARDS ?
Le 9 novembre se tiendra la première des 8 rencontres patronat – syndicats concernant 6 millions de chômeurs et 16,5 millions de salariés. Le rôle du syndicalisme est-il de négocier à la baisse l’indemnisation des chômeurs ou de combattre le chômage ?

LE CICE ? POUR 100 MILLIARDS, T’AS PLUS RIEN…
L’argent public a été volé aux chômeurs.
Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) est officiellement la mesure principale qui devait peser sur la cause du chômage, le « coût » du travail. Le salaire a bien baissé, pas le chômage.
Instauré début 2013 dans le cadre du « pacte national pour la croissance, la compétitivité et l’emploi », le CICE devait créer 1 million d’emplois. Cinq ans plus tard, le bilan est quasi nul.
Macron, qui l’a créé quand il était secrétaire général adjoint de l’Elysée, a décidé de le convertir en baisse pérenne des cotisations patronales à compter de 2019.

LE BUDGET DU CICE EST TOURNÉ CONTRE LA CRÉATION D’EMPLOIS
Le CICE représente une « créance fiscale » de 11,6 milliards en 2013, 17,7 en 2014, 18,6 en 2015, 20 milliards en 2019). On aurait pu créer au moins deux millions d’emplois à 2 000 euros par mois. De plus, faire vraiment baisser les dépenses d’indemnisation du chômage.

DES MILLIARDS EN FAVEUR DES EMPLOYEURS
« Les dépenses en faveur de l’emploi et du marché du travail s’élèvent à 122 milliards d’euros (Md€) par an, soit 5,6 points de PIB », selon les chiffres de la Dares.

– 65,7 milliards, les allocations chômage et la formation professionnelle des demandeurs d’emploi. Une grosse moitié du total. (48,9 milliards reversés aux chômeurs, en tout cas à ceux qui sont indemnisés.)

– La seconde catégorie ? « Réduire le coût du travail », c’est-à-dire des dépenses générales en faveur des employeurs.

DÉPENSE POUR L’EMPLOI ? NON, EXONÉRATION DES EMPLOYEURS !
Les « aides » ?
– 30,5 milliards en exonérations de cotisations sociales ;
– 23,3 milliards en « dépenses fiscales » (dont le Cice) ;
– 16,8 milliards de transferts aux employeurs et prestataires de services.
La stratégie de la dépense incitative à la création d’emplois est une faillite.

Le Henderson Global Dividend Index, qui mesure l’évolution des dividendes dans le monde, indique que les entreprises françaises détiennent le record en la matière. En 2016, elles ont distribué 34,5 milliards d’euros à leurs actionnaires, contre 29 milliards en Allemagne et 27,6 milliards au Royaume-Uni.

Le CICE a garni les poches des actionnaires. Alors, négocier quoi ? La continuation de ce pillage des fonds publics ? Pas en notre nom.