Face à la politique antisociale du président Macron
Tou.te.s concerné.es...
Convergences des luttes et des grèves
Lançons la contre-offensive...
S'unir pour ne plus subir
Avec le Front Social
Déterminé.es à gagner ensemble !

Le Front Social est une coordination composée de syndicats, associations, collectifs, médias alternatifs, de militants, de femmes et d’hommes construisant la riposte à la politique libérale du président Macron et la convergence des luttes.

Le Front Social trouve son origine dans l’appel du 22 avril, veille du premier tour de l’élection présidentielle, et dans la première manifestation du quinquennat Macron, le 8 mai 2017.

Dernières news

Front Social

« La hausse des inégalités n’est pas une fatalité, c’est le résultat de choix politiques »

A ceux qui prétendent que le syndicalisme ne doit pas contester des choix politiques au prétexte que ce ne serait pas son rôle…http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/12/15/la-hausse-des-inegalites-n-est-pas-une-fatalite-c-est-le-resultat-de-choix-politiques_5230558_3234.html?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1513369211

Fil d'actu Facebook

Il y a 23 heures

FrontSocial
PAS DE VACANCES POUR  LES EXPLOITEURS !
Comme les postiers en août 1953, pétons leur une belle, grande grève générale cet été 2018 quand ils ne sy attendent pas. Le gouvernement, les ministres, les cadres... seront en vacances mais pas nous parce quon na pas le pognon ou parce quon est en grève. Les cheminots, probablement électriciens et gaziers, des postiers et hospitaliers et bien dautres vont faire grève ou vont souffrir des conditions de travail aggravées par lété.
PAS DE VACANCES POUR LA GREVE !
(Photo : les camions militaires sont réquisitionnés pour remplacer les transports en grève... mais ne marchent pas toujours)
Un article sur la grève daoût 1953
http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-aout-1953-une-vraie-grande-belle-greve-generale-119431670.html

PAS DE VACANCES POUR LES EXPLOITEURS !
Comme les postiers en août 1953, pétons leur une belle, grande grève générale cet été 2018 quand ils ne s'y attendent pas. Le gouvernement, les ministres, les cadres... seront en vacances mais pas nous parce qu'on n'a pas le pognon ou parce qu'on est en grève. Les cheminots, probablement électriciens et gaziers, des postiers et hospitaliers et bien d'autres vont faire grève ou vont souffrir des conditions de travail aggravées par l'été.
PAS DE VACANCES POUR LA GREVE !
(Photo : les camions militaires sont réquisitionnés pour remplacer les transports en grève... mais ne marchent pas toujours)
Un article sur la grève d'août 1953
canempechepasnicolas.over-blog.com/article-aout-1953-une-vraie-grande-belle-greve-generale-119431...PAS DE VACANCES POUR LES EXPLOITEURS !
Comme les postiers en août 1953, pétons leur une belle, grande grève générale cet été 2018 quand ils ne s'y attendent pas. Le gouvernement, les ministres, les cadres... seront en vacances mais pas nous parce qu'on n'a pas le pognon ou parce qu'on est en grève. Les cheminots, probablement électriciens et gaziers, des postiers et hospitaliers et bien d'autres vont faire grève ou vont souffrir des conditions de travail aggravées par l'été.
PAS DE VACANCES POUR LA GREVE !
(Photo : les camions militaires sont réquisitionnés pour remplacer les transports en grève... mais ne marchent pas toujours)
Un article sur la grève d'août 1953
canempechepasnicolas.over-blog.com/article-aout-1953-une-vraie-grande-belle-greve-generale-119431...
... AfficherMasquer

 

Commentaire sur facebook

Et la VICTOIRE sera là .

Ouvrez les trains en accès libre, gratuité pour tous, je vous assure que ça va vite réagir dans les" hautes sphères !"

Il y a 3 jours

FrontSocial
IL FAUT TOUT FAIRE POUR BRISER LE MUR DU SILENCE AUTOUR DE LA GREVE A ENEDIS ET GRDF

La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire.

Extraordinaire au sens où elle sort de lordinaire et a un potentiel considérable dans la situation actuelle.
Cest une grève massive, dynamique qui a commencé il y a plus de six semaines du côté de Marseille en appui et coopération à la grève des cheminots lorsque la fédération CGT de lénergie a appelé à accompagner la lutte qui démarrait à la SNCF par une lutte dans lénergie sur des revendications propres à lénergie mais sur des modalités semblables à celle des cheminots et dans un esprit convergent pour la défense du service public.
Déjà, cela a quelque chose dextraordinaire.
Mais il y a beaucoup plus.
Cet appel de la fédération CGT de lénergie a été peu suivi dans les faits sinon essentiellement par les électriciens et gaziers des Bouches du Rhône qui ont tenu leur lutte longtemps. On aurait pu croire que les choses allaient sarrêter là.
Mais cela a généré de proche en proche une autre grève tout aussi importante que celle des cheminots, voire probablement encore plus.
La première caractéristique de ce mouvement cest sa force, son importance, sa détermination et probablement sa durée.
En effet, depuis une dizaine de jours environ, surtout une semaine et encore plus ces derniers jours et certainement encore plus les jours à venir, les sites Enedis et GRDF de la distribution sont entrés dans la grève les uns derrière les autres, beaucoup de manière perlée, pour déboucher ensuite et de plus en plus rapidement aujourdhui vers des grèves reconductibles ou illimitées avec blocage ou occupation, faisant de ce mouvement la plus grande grève dans lénergie depuis dix ans.
Il est très difficile de chiffrer exactement le nombre de sites en mouvement, depuis ceux avec simple débrayage perlé ou ponctuel et ceux qui sont totalement bloqués voire occupés jour et nuit, parce que tout bouge très vite et change de jour en jour. Pour donner toutefois un ordre didée de limportance du mouvement, jai compté pour ma part à ce jour près de 300 sites qui sont dans le mouvement général en cours et peut-être pas loin de 160 ou 170 qui sont bloqués ou occupés avec une extension très rapide de cette dernière forme de lutte dans les derniers moments.
Enfin, ce qui est remarquable cest que ce sont le plus souvent des jeunes qui sont à linitiative de cette grève dont la CGT se montre solidaire plus quelle ne dirige véritablement le mouvement même si elle se trouve à sa tête et sen fait le porte parole à sa manière vu sa force dans ce secteur.

Les grévistes veulent pour lessentiel une augmentation mensuelle de 200 euros et 4 NR, cest-à-dire en gros une augmentation mensuelle de 400 euros, un mini de 1 800 euros, lembauche des CDD et intérimaires, larrêt des suppressions de postes et emplois programmés pour les années à venir, la réinternalisation de tous les services externalisés ces derniers temps et enfin la nationalisation de tous les secteurs de lénergie pour un véritable service public de lénergie au service des usagers et pas des capitalistes.
Ce mouvement se cherche depuis un certain temps et ne sort pas dune situation de calme plat, puisque les électriciens et gaziers ont mené pas mal de luttes bien suivies et de longue durée ces deux dernières années avec notamment ce qui a été appelé les mardi de la colère pendant plusieurs mois début 2017 mais sans pour autant atteindre la même ampleur et détermination quaujourdhui.

Le deuxième élément très particulier de cette grosse grève, au delà de ses particularités intrinsèque, cest la situation dans laquelle elle se déroule et le fait que malgré son importance, elle est très peu visible, très peu connue... En effet, sans même parler des médias qui font silence au niveau national sur ce mouvement, très peu de directions de syndicats ou de partis la font connaître, en tout cas au niveau où elle le mériterait.
Ce silence assourdissant est révélateur de la peur profonde quinspire cette grève aux dirigeants politiques et économiques du pays.
Et cest ce qui est important à comprendre.
Car au delà de ses caractéristiques propres ; vaste, massive, dynamique avec des jeunes ouvriers à la pointe du combat, elle a des revendications offensives, hardies, audacieuses et pas simplement défensives qui correspondent à tout ce que peuvent vouloir également tous les salariés du public, cheminots, hospitaliers, postiers, enseignants, étudiants, lycéens... qui voient avec colère mais aussi une certaine impuissance que le gouvernement est en train de démanteler tous les services publics du pays. Ce mouvement peut devenir pour eux tous, un étendard de ce quil faudrait faire, un encouragement fantastique à rentrer à son tour dans la lutte.
Or, en plus, cette grande grève surgit non seulement quand il peut y avoir un accueil favorable des militants, salariés et usagers mais aussi et surtout au même moment où les cheminots connaissent la plus longue grève de leur histoire sans avoir pu pour leur part cristalliser la colère latente dans le pays contre la politique de Macron.

Or, deux grandes grèves, en même temps et qui défendent toutes deux le service public, cest-à-dire avec une possibilité de convergence, cest tout à fait autre chose quune seule.
Cest en effet un nouvel espoir pour de très nombreux salariés, usagers, citoyens qui commençaient à ne plus croire dans les possibilités de la grève des cheminots.
Cest pour ça que les médias font le silence le plus total sur ce mouvement.
Il ne faut surtout pas pour eux que les gens sachent que cette grève existe afin de ne pas susciter un nouvel espoir comme il y en a eu un au début de la grève des cheminots, voire plus important encore, dune part parce que ce nest pas un seul mouvement comme les cheminots auquel devait faire face Macron mais deux dans des secteurs importants qui peuvent bloquer léconomie et dautre part parce que les électriciens et gaziers ne font pas une grève perlée qui rend difficile la coagulation mais une grève reconductible avec occupation.

Dans les circonstances particulières de cette grève, le silence sur ce mouvement pourrait pousser logiquement vers des solutions corporatistes, qui sont toujours perdantes face à un gouvernement qui veut tout détruire et dont la tactique et de démolir chaque mouvement lun derrière lautre. Cest le but du silence : isoler la grève pour quil ny ait pas d’agrégation avec les cheminots ni avec les autres professions ni encore avec les usagers, faire que chaque site sinstalle dans les joies et la convivialité de loccupation, coupé des autres sites, coupé de lensemble, un peu comme lavaient fait les étudiants en avril/mai qui occupaient les facultés, mettaient toute leur énergie là dedans et nen avaient plus vraiment pour construire une coordination qui puisse entraîner, peser sur la situation actuelle et leur permettre de gagner.

Alors nous devons tout faire pour sortir cette grève du silence dans laquelle on essaie de lenfermer, pour que les électriciens et gaziers en grève puissent aller jusquau bout de ce quils veulent et gagner.
Aider les grévistes de lénergie à faire connaître leur grève est un acte hautement politique, le plus politique du moment.

Jacques Chastaing, le 19.06.2018

IL FAUT TOUT FAIRE POUR BRISER LE MUR DU SILENCE AUTOUR DE LA GREVE A ENEDIS ET GRDF

La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire.

"Extraordinaire" au sens où elle sort de l'ordinaire et a un potentiel considérable dans la situation actuelle.
C'est une grève massive, dynamique qui a commencé il y a plus de six semaines du côté de Marseille en appui et coopération à la grève des cheminots lorsque la fédération CGT de l'énergie a appelé à accompagner la lutte qui démarrait à la SNCF par une lutte dans l'énergie sur des revendications propres à l'énergie mais sur des modalités semblables à celle des cheminots et dans un esprit convergent pour la défense du service public.
Déjà, cela a quelque chose d'extraordinaire.
Mais il y a beaucoup plus.
Cet appel de la fédération CGT de l'énergie a été peu suivi dans les faits sinon essentiellement par les électriciens et gaziers des Bouches du Rhône qui ont tenu leur lutte longtemps. On aurait pu croire que les choses allaient s'arrêter là.
Mais cela a généré de proche en proche une autre grève tout aussi importante que celle des cheminots, voire probablement encore plus.
La première caractéristique de ce mouvement c'est sa force, son importance, sa détermination et probablement sa durée.
En effet, depuis une dizaine de jours environ, surtout une semaine et encore plus ces derniers jours et certainement encore plus les jours à venir, les sites Enedis et GRDF de la distribution sont entrés dans la grève les uns derrière les autres, beaucoup de manière perlée, pour déboucher ensuite et de plus en plus rapidement aujourd'hui vers des grèves reconductibles ou illimitées avec blocage ou occupation, faisant de ce mouvement la plus grande grève dans l'énergie depuis dix ans.
Il est très difficile de chiffrer exactement le nombre de sites en mouvement, depuis ceux avec simple débrayage perlé ou ponctuel et ceux qui sont totalement bloqués voire occupés jour et nuit, parce que tout bouge très vite et change de jour en jour. Pour donner toutefois un ordre d'idée de l'importance du mouvement, j'ai compté pour ma part à ce jour près de 300 sites qui sont dans le mouvement général en cours et peut-être pas loin de 160 ou 170 qui sont bloqués ou occupés avec une extension très rapide de cette dernière forme de lutte dans les derniers moments.
Enfin, ce qui est remarquable c'est que ce sont le plus souvent des jeunes qui sont à l'initiative de cette grève dont la CGT se montre solidaire plus qu'elle ne dirige véritablement le mouvement même si elle se trouve à sa tête et s'en fait le porte parole à sa manière vu sa force dans ce secteur.

Les grévistes veulent pour l'essentiel une augmentation mensuelle de 200 euros et 4 NR, c'est-à-dire en gros une augmentation mensuelle de 400 euros, un mini de 1 800 euros, l'embauche des CDD et intérimaires, l'arrêt des suppressions de postes et emplois programmés pour les années à venir, la réinternalisation de tous les services externalisés ces derniers temps et enfin la nationalisation de tous les secteurs de l'énergie pour un véritable service public de l'énergie au service des usagers et pas des capitalistes.
Ce mouvement se cherche depuis un certain temps et ne sort pas d'une situation de calme plat, puisque les électriciens et gaziers ont mené pas mal de luttes bien suivies et de longue durée ces deux dernières années avec notamment ce qui a été appelé les "mardi de la colère" pendant plusieurs mois début 2017 mais sans pour autant atteindre la même ampleur et détermination qu'aujourd'hui.

Le deuxième élément très particulier de cette grosse grève, au delà de ses particularités intrinsèque, c'est la situation dans laquelle elle se déroule et le fait que malgré son importance, elle est très peu visible, très peu connue... En effet, sans même parler des médias qui font silence au niveau national sur ce mouvement, très peu de directions de syndicats ou de partis la font connaître, en tout cas au niveau où elle le mériterait.
Ce silence assourdissant est révélateur de la peur profonde qu'inspire cette grève aux dirigeants politiques et économiques du pays.
Et c'est ce qui est important à comprendre.
Car au delà de ses caractéristiques propres ; vaste, massive, dynamique avec des jeunes ouvriers à la pointe du combat, elle a des revendications offensives, hardies, audacieuses et pas simplement défensives qui correspondent à tout ce que peuvent vouloir également tous les salariés du public, cheminots, hospitaliers, postiers, enseignants, étudiants, lycéens... qui voient avec colère mais aussi une certaine impuissance que le gouvernement est en train de démanteler tous les services publics du pays. Ce mouvement peut devenir pour eux tous, un étendard de ce qu'il faudrait faire, un encouragement fantastique à rentrer à son tour dans la lutte.
Or, en plus, cette grande grève surgit non seulement quand il peut y avoir un accueil favorable des militants, salariés et usagers mais aussi et surtout au même moment où les cheminots connaissent la plus longue grève de leur histoire sans avoir pu pour leur part cristalliser la colère latente dans le pays contre la politique de Macron.

Or, deux grandes grèves, en même temps et qui défendent toutes deux le service public, c'est-à-dire avec une possibilité de convergence, c'est tout à fait autre chose qu'une seule.
C'est en effet un nouvel espoir pour de très nombreux salariés, usagers, citoyens qui commençaient à ne plus croire dans les possibilités de la grève des cheminots.
C'est pour ça que les médias font le silence le plus total sur ce mouvement.
Il ne faut surtout pas pour eux que les gens sachent que cette grève existe afin de ne pas susciter un nouvel espoir comme il y en a eu un au début de la grève des cheminots, voire plus important encore, d'une part parce que ce n'est pas un seul mouvement comme les cheminots auquel devait faire face Macron mais deux dans des secteurs importants qui peuvent bloquer l'économie et d'autre part parce que les électriciens et gaziers ne font pas une grève perlée qui rend difficile la "coagulation" mais une grève reconductible avec occupation.

Dans les circonstances particulières de cette grève, le silence sur ce mouvement pourrait pousser logiquement vers des solutions corporatistes, qui sont toujours perdantes face à un gouvernement qui veut tout détruire et dont la tactique et de démolir chaque mouvement l'un derrière l'autre. C'est le but du silence : isoler la grève pour qu'il n'y ait pas d’agrégation avec les cheminots ni avec les autres professions ni encore avec les usagers, faire que chaque site s'installe dans les joies et la convivialité de l'occupation, coupé des autres sites, coupé de l'ensemble, un peu comme l'avaient fait les étudiants en avril/mai qui occupaient les facultés, mettaient toute leur énergie là dedans et n'en avaient plus vraiment pour construire une coordination qui puisse entraîner, peser sur la situation actuelle et leur permettre de gagner.

Alors nous devons tout faire pour sortir cette grève du silence dans laquelle on essaie de l'enfermer, pour que les électriciens et gaziers en grève puissent aller jusqu'au bout de ce qu'ils veulent et gagner.
Aider les grévistes de l'énergie à faire connaître leur grève est un acte hautement politique, le plus politique du moment.

Jacques Chastaing, le 19.06.2018IL FAUT TOUT FAIRE POUR BRISER LE MUR DU SILENCE AUTOUR DE LA GREVE A ENEDIS ET GRDF

La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire.

"Extraordinaire" au sens où elle sort de l'ordinaire et a un potentiel considérable dans la situation actuelle.
C'est une grève massive, dynamique qui a commencé il y a plus de six semaines du côté de Marseille en appui et coopération à la grève des cheminots lorsque la fédération CGT de l'énergie a appelé à accompagner la lutte qui démarrait à la SNCF par une lutte dans l'énergie sur des revendications propres à l'énergie mais sur des modalités semblables à celle des cheminots et dans un esprit convergent pour la défense du service public.
Déjà, cela a quelque chose d'extraordinaire.
Mais il y a beaucoup plus.
Cet appel de la fédération CGT de l'énergie a été peu suivi dans les faits sinon essentiellement par les électriciens et gaziers des Bouches du Rhône qui ont tenu leur lutte longtemps. On aurait pu croire que les choses allaient s'arrêter là.
Mais cela a généré de proche en proche une autre grève tout aussi importante que celle des cheminots, voire probablement encore plus.
La première caractéristique de ce mouvement c'est sa force, son importance, sa détermination et probablement sa durée.
En effet, depuis une dizaine de jours environ, surtout une semaine et encore plus ces derniers jours et certainement encore plus les jours à venir, les sites Enedis et GRDF de la distribution sont entrés dans la grève les uns derrière les autres, beaucoup de manière perlée, pour déboucher ensuite et de plus en plus rapidement aujourd'hui vers des grèves reconductibles ou illimitées avec blocage ou occupation, faisant de ce mouvement la plus grande grève dans l'énergie depuis dix ans.
Il est très difficile de chiffrer exactement le nombre de sites en mouvement, depuis ceux avec simple débrayage perlé ou ponctuel et ceux qui sont totalement bloqués voire occupés jour et nuit, parce que tout bouge très vite et change de jour en jour. Pour donner toutefois un ordre d'idée de l'importance du mouvement, j'ai compté pour ma part à ce jour près de 300 sites qui sont dans le mouvement général en cours et peut-être pas loin de 160 ou 170 qui sont bloqués ou occupés avec une extension très rapide de cette dernière forme de lutte dans les derniers moments.
Enfin, ce qui est remarquable c'est que ce sont le plus souvent des jeunes qui sont à l'initiative de cette grève dont la CGT se montre solidaire plus qu'elle ne dirige véritablement le mouvement même si elle se trouve à sa tête et s'en fait le porte parole à sa manière vu sa force dans ce secteur.

Les grévistes veulent pour l'essentiel une augmentation mensuelle de 200 euros et 4 NR, c'est-à-dire en gros une augmentation mensuelle de 400 euros, un mini de 1 800 euros, l'embauche des CDD et intérimaires, l'arrêt des suppressions de postes et emplois programmés pour les années à venir, la réinternalisation de tous les services externalisés ces derniers temps et enfin la nationalisation de tous les secteurs de l'énergie pour un véritable service public de l'énergie au service des usagers et pas des capitalistes.
Ce mouvement se cherche depuis un certain temps et ne sort pas d'une situation de calme plat, puisque les électriciens et gaziers ont mené pas mal de luttes bien suivies et de longue durée ces deux dernières années avec notamment ce qui a été appelé les "mardi de la colère" pendant plusieurs mois début 2017 mais sans pour autant atteindre la même ampleur et détermination qu'aujourd'hui.

Le deuxième élément très particulier de cette grosse grève, au delà de ses particularités intrinsèque, c'est la situation dans laquelle elle se déroule et le fait que malgré son importance, elle est très peu visible, très peu connue... En effet, sans même parler des médias qui font silence au niveau national sur ce mouvement, très peu de directions de syndicats ou de partis la font connaître, en tout cas au niveau où elle le mériterait.
Ce silence assourdissant est révélateur de la peur profonde qu'inspire cette grève aux dirigeants politiques et économiques du pays.
Et c'est ce qui est important à comprendre.
Car au delà de ses caractéristiques propres ; vaste, massive, dynamique avec des jeunes ouvriers à la pointe du combat, elle a des revendications offensives, hardies, audacieuses et pas simplement défensives qui correspondent à tout ce que peuvent vouloir également tous les salariés du public, cheminots, hospitaliers, postiers, enseignants, étudiants, lycéens... qui voient avec colère mais aussi une certaine impuissance que le gouvernement est en train de démanteler tous les services publics du pays. Ce mouvement peut devenir pour eux tous, un étendard de ce qu'il faudrait faire, un encouragement fantastique à rentrer à son tour dans la lutte.
Or, en plus, cette grande grève surgit non seulement quand il peut y avoir un accueil favorable des militants, salariés et usagers mais aussi et surtout au même moment où les cheminots connaissent la plus longue grève de leur histoire sans avoir pu pour leur part cristalliser la colère latente dans le pays contre la politique de Macron.

Or, deux grandes grèves, en même temps et qui défendent toutes deux le service public, c'est-à-dire avec une possibilité de convergence, c'est tout à fait autre chose qu'une seule.
C'est en effet un nouvel espoir pour de très nombreux salariés, usagers, citoyens qui commençaient à ne plus croire dans les possibilités de la grève des cheminots.
C'est pour ça que les médias font le silence le plus total sur ce mouvement.
Il ne faut surtout pas pour eux que les gens sachent que cette grève existe afin de ne pas susciter un nouvel espoir comme il y en a eu un au début de la grève des cheminots, voire plus important encore, d'une part parce que ce n'est pas un seul mouvement comme les cheminots auquel devait faire face Macron mais deux dans des secteurs importants qui peuvent bloquer l'économie et d'autre part parce que les électriciens et gaziers ne font pas une grève perlée qui rend difficile la "coagulation" mais une grève reconductible avec occupation.

Dans les circonstances particulières de cette grève, le silence sur ce mouvement pourrait pousser logiquement vers des solutions corporatistes, qui sont toujours perdantes face à un gouvernement qui veut tout détruire et dont la tactique et de démolir chaque mouvement l'un derrière l'autre. C'est le but du silence : isoler la grève pour qu'il n'y ait pas d’agrégation avec les cheminots ni avec les autres professions ni encore avec les usagers, faire que chaque site s'installe dans les joies et la convivialité de l'occupation, coupé des autres sites, coupé de l'ensemble, un peu comme l'avaient fait les étudiants en avril/mai qui occupaient les facultés, mettaient toute leur énergie là dedans et n'en avaient plus vraiment pour construire une coordination qui puisse entraîner, peser sur la situation actuelle et leur permettre de gagner.

Alors nous devons tout faire pour sortir cette grève du silence dans laquelle on essaie de l'enfermer, pour que les électriciens et gaziers en grève puissent aller jusqu'au bout de ce qu'ils veulent et gagner.
Aider les grévistes de l'énergie à faire connaître leur grève est un acte hautement politique, le plus politique du moment.

Jacques Chastaing, le 19.06.2018
... AfficherMasquer

 

Commentaire sur facebook

Pétition "OUI au service public de l'électricité et du gaz !" ;-) www.change.org/p/emmanuel-macron-oui-au-service-public-de-l-%c3%a9lectricit%c3%a9-et-du-gaz?utm_m...

Bravo et merci de lutter pour notre service public.

RTBF

Il y a 4 jours

FrontSocial

... AfficherMasquer

 

Commentaire sur facebook

Et des retraites & retraités des secteurs publics, privés et agricoles !

3 moisde conflit a la sncf et regardez ou l on est!! convergence des luttes , mon cul, chacun dans son coin, et un nouveau populo est ne , LES MOUGEONS!!! banzai!!!

On veut le salaire à vie pour TOUS (publics et privés)!!! Le salaire à la qualification valorise par Bernard FRIOT !!! La lutte défensive ne suffira pas!!!

+ Afficher plus de commentaires

En vidéos