Des chômeurs.euses veulent partir aux Bahamas !

Aujourd'hui le front social castelbriantais est allé au pôle emploi et à la maison de l'emploi de Châteaubriant pour réclamer des billets d'avion pour les Bahamas ! Il voulait ainsi dénoncer les propos de membres de la majorité présidentielles qui régulièrement accusent les chômeurs-euses de profiter du système pour mieux dissimuler leur politique de casse sociale en faveur des plus riches. A noter : Les demandeurs.euses et agent.e.s sont venu.e.s dire à quel point ils et elles avaient été aussi choqués par ces déclarations et notamment celle du député Adam. La responsable de la Maison de l'emploi a elle aussi évoqué les attaques antisociales que subissait la structure de la part du gouvernement avec une suppression des budgets alloués par l'Etat pour l'année prochaine.

Vite le chômage ! On veut des vacances aux Bahamas !!!!

Le 4 novembre 2017, le député La République en Marche, Damien Adam déclarait « Quand vous êtes salarié et que vous voyez certaines personnes qui partent en vacances aux Bahamas grâce à l’assurance chômage, il est légitime de se dire que ce système marche sur la tête. Nous souhaitons que les demandeurs d’emploi se disent que la nation leur fait confiance à condition de respecter les règles ». Il faisait ainsi écho faisant suite aux propos d’autres dirigeants, de Philippe Castaner « la liberté, ce n’est pas de bénéficier des allocations chômage pour partir deux ans en vacances » à Emmanuel Macron « si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre ».

Baisse des APL et réductions de l’ISF, dérèglement des protections sociales et cadeaux fiscaux pour les plus riches, loi travail, etc... une théorie du ruissellement sans fondement et Thatcher comme modèle, ce n’est pas pour rien que Macron a été surnommé le « Robin des bois des riches ». Qui peut douter qu’il agit au nom des intérêts de sa classe celle des plus riches, et non de l’intérêt général ?

Mais cela ne leur suffit pas. Pour faire passer la pilule il faut des boucs émissaires, diviser les classes populaires. C’est pour cela que les tenants du pouvoir économique et politique ne cessent de criminaliser les chômeurs et chômeuses, alors même qu’ils et elles constituent les premières victimes de ceux-ci. Sérieusement, qui, ici à Châteaubriant, connaît des chômeuses ou des chômeurs qui prennent leurs vacances sous les tropiques grâce aux allocations ? Celles et ceux qui prennent des vacances dans des paradis fiscaux se sont bien nos dirigeant.e.s politiques et économiques.