Face à la politique antisociale du président Macron
Tou.te.s concerné.es...
Convergences des luttes et des grèves
Lançons la contre-offensive...
S'unir pour ne plus subir
Avec le Front Social
Déterminé.es à gagner ensemble !
Précédent
Suivant

Dernières news

Fil d'actu Facebook

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Il y a 2 semaines

CGT HPE
Le 24 juillet, le Conseil de prud’hommes de Paris a rendu sa décision portant sur les différentes demandes des salariés-es en lutte depuis le 17 juillet 2019, travaillant au sein de l’hôtel Ibis des Batignolles à Paris 17ème (Groupe ACCOR) et sous-traitées à la société STN.

Les demandes portaient principalement sur leurs conditions de travail, leurs qualifications, les avantages sociaux ainsi que sur les questions du travail dissimulé, du marchandage et du prêt illicite de main-d’œuvre. Elles, et il, avaient mis en cause le donneur d’ordres, le Groupe ACCOR et le sous-traitant la SAS STN.

Une fois de plus, la justice a fait la démonstration de son parti pris et de sa partialité au service du patronat et a débouté intégralement les 17 femmes de chambre, les 2 gouvernantes et leur collègue équipier ! 

C’est donc avec une grande colère et incompréhension que les salariés-es ont pris connaissance de cette décision ! 

Cependant, les femmes de chambre, gouvernantes et équipier en lutte depuis le 17 juillet 2019 contre l’exploitation, les cadences infernales, le travail dissimulé qu’elles subissaient en silence depuis des années ne sont pas résignées ! 
Avec le soutien de leur syndicat CGT-HPE elles, et il, ont décidé de faire appel dès la notification du jugement de cette décision scandaleuse et surtout politique.

Nous ne nous faisons aucune illusion sur la justice et globalement sur l’évolution de la législation en France qui, lorsqu’elle ne criminalise pas l’action syndicale et militante des travailleuses et des travailleurs à coup de condamnations, de poursuites, de perquisitions etc…, les déboute de leurs demandes, malgré l’évidence des arguments qu’elles/ils avancent pour défendre leur cause ! Pour exemple aucun motif de recours n’était mentionné sur les contrats de travail des 2 femmes de chambre en CDD et la qualification des femmes de chambre était celle de simple agent de service type balayeur, sans aucune reconnaissance de leur métier !

En somme, travailles et tais-toi, et ne saisis surtout pas la justice… tu perdras et ton temps et ton énergie… tel est le message de la justice aujourd’hui en France avec un habillage linguistique très codifié pour tenter de légitimer et justifier ce qui va même contre la logique ! 

Une seule logique est donc bien servie et protégée : Celle du patronat et du fric ! 

Les femmes de l’Ibis des Batignolles et leur collègue équipier en lutte ont traversé tellement d’épreuves depuis le début de leur mouvement que cette décision ne fera que les renforcer dans leur détermination à montrer les dessous des publicités mensongères du groupe ACCOR : la réalité de sa politique qui engendre la souffrance au travail et la misère sociale. 

Elles, et il, sont déterminés-es à se battre pour leur avenir, l’avenir des travailleuses et des travailleurs et pour un monde meilleur, sans exploitation et sans souffrance ! 

En plus dune caisse de grève historique dans son montant grâce à un élan de générosité. Soutenez leur prochaine action en contribuant au financement de leur clip pour parler de la grève: http://kck.st/3dWG9LW

Le 24 juillet, le Conseil de prud’hommes de Paris a rendu sa décision portant sur les différentes demandes des salariés-es en lutte depuis le 17 juillet 2019, travaillant au sein de l’hôtel Ibis des Batignolles à Paris 17ème (Groupe ACCOR) et sous-traitées à la société STN.

Les demandes portaient principalement sur leurs conditions de travail, leurs qualifications, les avantages sociaux ainsi que sur les questions du travail dissimulé, du marchandage et du prêt illicite de main-d’œuvre. Elles, et il, avaient mis en cause le donneur d’ordres, le Groupe ACCOR et le sous-traitant la SAS STN.

Une fois de plus, la justice a fait la démonstration de son parti pris et de sa partialité au service du patronat et a débouté intégralement les 17 femmes de chambre, les 2 gouvernantes et leur collègue équipier !

C’est donc avec une grande colère et incompréhension que les salariés-es ont pris connaissance de cette décision !

Cependant, les femmes de chambre, gouvernantes et équipier en lutte depuis le 17 juillet 2019 contre l’exploitation, les cadences infernales, le travail dissimulé qu’elles subissaient en silence depuis des années ne sont pas résignées !
Avec le soutien de leur syndicat CGT-HPE elles, et il, ont décidé de faire appel dès la notification du jugement de cette décision scandaleuse et surtout politique.

Nous ne nous faisons aucune illusion sur la justice et globalement sur l’évolution de la législation en France qui, lorsqu’elle ne criminalise pas l’action syndicale et militante des travailleuses et des travailleurs à coup de condamnations, de poursuites, de perquisitions etc…, les déboute de leurs demandes, malgré l’évidence des arguments qu’elles/ils avancent pour défendre leur cause ! Pour exemple aucun motif de recours n’était mentionné sur les contrats de travail des 2 femmes de chambre en CDD et la qualification des femmes de chambre était celle de simple agent de service type balayeur, sans aucune reconnaissance de leur métier !

En somme, travailles et tais-toi, et ne saisis surtout pas la justice… tu perdras et ton temps et ton énergie… tel est le message de la justice aujourd’hui en France avec un habillage linguistique très codifié pour tenter de légitimer et justifier ce qui va même contre la logique !

Une seule logique est donc bien servie et protégée : Celle du patronat et du fric !

Les femmes de l’Ibis des Batignolles et leur collègue équipier en lutte ont traversé tellement d’épreuves depuis le début de leur mouvement que cette décision ne fera que les renforcer dans leur détermination à montrer les dessous des publicités mensongères du groupe ACCOR : la réalité de sa politique qui engendre la souffrance au travail et la misère sociale.

Elles, et il, sont déterminés-es à se battre pour leur avenir, l’avenir des travailleuses et des travailleurs et pour un monde meilleur, sans exploitation et sans souffrance !

En plus d'une caisse de grève historique dans son montant grâce à un élan de générosité. Soutenez leur prochaine action en contribuant au financement de leur clip pour parler de la grève: kck.st/3dWG9LW
... AfficherMasquer

Il y a 2 semaines

CGT HPE
La lutte à lIbis des Batignolles : Une fois de plus, la justice a fait la démonstration de son parti pris et de sa partialité au service du patronat et a débouté intégralement les 17 femmes de chambre, les 2 gouvernantes et leur collègue équipier !
http://www.cgt-hpe.fr/la-justice-de-classe-sevit-a-nouveau-a-libis-batignoles/

La lutte à l'Ibis des Batignolles : Une fois de plus, la justice a fait la démonstration de son parti pris et de sa partialité au service du patronat et a débouté intégralement les 17 femmes de chambre, les 2 gouvernantes et leur collègue équipier !
www.cgt-hpe.fr/la-justice-de-classe-sevit-a-nouveau-a-libis-batignoles/
... AfficherMasquer

Messages suivants...