CGT Ford Blanquefort : Après avoir coulé le navire, ils se sauvent les premiers !!!

Après avoir coulé le navire, ils se sauvent les premiers !!!

Il y a des jolis métiers mais celui de la direction de FAI n’en fait pas partie. Depuis le lancement de la procédure PSE, son rôle aura été de nous faire accepter la fermeture de l’usine, à coup de propagande mensongère comme à coups de pressions, d’intimidations diverses, de harcèlement, de menaces, de chantages … tout y est passé ou presque.
Ce sale boulot aura été fait jusqu’au bout. La direction FAI, quelques cadres dirigeants, n’ont aucun scrupule à nous faire travailler ou à nous remettre au travail. N’importe quel argument est bon.
Rendez-vous compte, si on ne s’y met pas, Ford pourrait fermer l’usine plus vite ou nous mettre au chômage ou nous sanctionner … comme si la sanction suprême n’était déjà pas là avec la fermeture de l’usine dans les mois qui viennent !
Ce qui est terrible aussi, c’est que certains de ces cadres, de ces soi-disant responsables, pendant qu’ils font la leçon, qu’ils jouent aux garde-chiourmes, ne se gênent pas à préparer leur départ de l’entreprise, travaillent … pour leur avenir ailleurs ! Quelle honte.
On ne demande qu’une chose, qu’ils fassent ce qu’ils veulent de leur vie, mais qu’ils nous foutent la paix, qu’ils nous laissent respirer, penser ou agir comme il nous semble nécessaire. Ces cadres ont été incapables de préserver l’usine, ils se sont soumis à Ford, ils se sont tus. Pas nous !
Et puis surtout qu’ils ne nous bousillent pas plus qu’ils ne l’ont déjà fait, qu’ils ne nous fragilisent pas plus car les dégâts psychologiques sont là, comme des traces de leur « management » détestable de toutes ces années passées.
Des collègues ont craqué hier, d’autres encore aujourd’hui et combien dans les jours qui vont venir. Un collègue s’est suicidé il y a quelques semaines, en lien avec ce que nous vivons ! Et la direction fait comme si cela n’avait pas eu lieu.
Ce que nous vivons est triste, dramatique, destructeur aussi. Il y a un danger réel pour nous tous. Notre réponse, la meilleure, c’est de se serrer les coudes, d’être solidaires, attentionnés, respectueux entre nous tous.