Face à la politique antisociale du président Macron
Tou.te.s concerné.es...
Convergences des luttes et des grèves
Lançons la contre-offensive...
S'unir pour ne plus subir
Avec le Front Social
Déterminé.es à gagner ensemble !

Nous voulons construire ce collectif à partir de ces bases :

  • Que ce collectif soit avant tout une space de formations et de débats, qui ne demande pas de pré-requis, où la pédagogie a sa place et où les désaccords puissent s’exprimer. C’est dans ce but que nous développerons des moments en mixité et des moments en non-mixité (tous types de non-mixité, choisis par les personnes du collectif). Nous nous voulons inclusifVEs de toutes les personnes qui veulent militer à nos côtés, notamment les personnes trans, les personnes qui portent le voile, les travailleuses du sexe, etc.
  • Nous développons une analyse des dominations sociales en terme de structures, dont les manifestations à l’échelle individuelle ne sont que le reflet: nous pensons donc avant tout qu’il faut lutter au niveau structurel davantage qu’individuel. C’est pour cela que nous nous définissons comme «révolutionnaires»: nous pensons que seul un renversement complet des structures sociales permettra de mettre fin aux différentes dominations sociales.
  • Notre collectif marche sur deux jambes: nous développerons donc une intervention étudiante/lycéenne, mais aussi une intervention salariée, auprès des femmes travailleuses, au foyer, précaires, chômeuses. Nous souhaitons créer un collectif qui réunisse différentes générations de féministes.
  • Nous voulons prendre en charge tous les aspects de la domination, dont ses aspects économiques qui tendent à être délaissés. Nous réaffirmons l’importance du travail pour penser l’exploitation des femmes et minorités de genre.
  • Nous ne concevons une politique féministe qu’en lien avec les questions LGBTI. C’est pourquoi nous oeuvrons à recomposer les liens entre mouvement féministe et mouvement LGBTI, et souhaitons prendre les deux en compte dans notre collectif.
  • Etre féministe c’est aussi être anti-raciste. Au vu du contexte actuel de déferlantes racistes et islamophobes, nous voulons participer à la lutte contre le racisme et l’islamophobie d’Etat, que nous croisons à nos perspectives féministes et LGBTI.
  • Nous voulons construire un collectif féministe qui soit indépendant des institutions, du gouvernement et de l’État.
  • Enfin, nous défendons fermement l’auto-organisation comme principe de fonctionnement de notre collectif, et la démocratie interne.Pour le reste, tout est ouvert: Vous êtes libres de proposer vos idées et de vous investir avec nous! Espérons que des cadres pourront permettre le débat en profondeur s’il y a divergences politique, permette d’autant plus de se réunir dans l’action.

    Quoi qu’il en soit, nous serons tout.es ensemble dans les luttes !!!

Dernières news

Fil d'actu Facebook

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Il y a 1 mois

Collectif Féministes Révolutionnaires

🔴 ACTION MAINTENANT 🔴
Les #GiletsNoirs , immigrés habitants des foyers insalubres et locataires de la rue, occupent #LePanthéon !

On vient sur la tombe de vos grands hommes dénoncer vos profanations !

On veut parler au 1er ministre Edouard Philippe maintenant !

❗️BESOIN DE SOUTIEN SUR PLACE MAINTENANT❗️
Place du Panthéon
METRO Luxembourg

↓ COMMUNIQUÉ ↓
... AfficherMasquer

Il y a 2 mois

Collectif Féministes Révolutionnaires

Hier à la Pride, les circonstances ont fait qu'on n'a pas pu faire la prise de parole prévue ! Voici son contenu :


Il y a 50 ans, les émeutes de Stonewall marquaient le point d'orgue des tensions entre la police et la communauté LGBTIQ.
Aujourd'hui, alors que les réactionnaires sont à l'offensive et que le gouvernement Macron enchaîne les réformes antisociales, les capitalistes tentent de récupérer notre histoire et nos luttes. Nous voulons, nous avons besoin d'une autre Pride. Une échéance de lutte politique, pour reconstruire un mouvement LGBTIQ fort et combatif !

La fête, c'est une colère. La Pride fête, c'est une Pride furieuse, qui investit l'espace public et y déverse tout ce qu'elle compte de paillettes, de cuir, de chattes non épilées, de corps non normés, et tout ce qu'elle compte de luttes.
Cette année, elle commémore les cinquante ans de Stonewall. Mais ce n'est pas une mémoire des luttes que l'on doit sacraliser : c'est une mémoire qui doit nous pousser vers l'avant et nourrir notre détermination.
La Pride s'inscrit aussi dans un contexte propre à notre temps. C'est un contexte de luttes sociales qui s'intensifient depuis plusieurs années et qui sont à leur apogée avec le mouvement des Gilets jaunes.
Mais aussi avec des luttes et grèves féministes, ici et partout dans le monde. Queers, féministes : l'ennemi commun, c'est le patriarcat qui naturalise la binarité des sexes et le régime d'hétérosexualité qui en découle, et qui réprime tout écart à la norme par la violence et la marginalisation.

Aujourd'hui, la rue sera une fête - une fête furieuse : dans nos cortèges et dans ceux des Gilets jaunes, dans toutes les rues de Paris. On se bat contre la même précarité, à laquelle on est renvoyé.e.s parce qu'on ne se conforme pas à la structure patriarcale qui s'est mise au service du capitalisme.

Quand le capitalisme s'approprie notre Pride en s'offrant des chars à la Mastercard, ce n'est pas pour venir faire la fête avec nous : c'est pour venir faire la fête sur notre dos. Aux flics qui s'offrent un char pour défiler à nos côtés, on répond qu'on est les mêmes qu'ils nassent, qu'ils gazent, qu'ils frappent et qu'ils enferment.
À la République En Marche qui veut se payer notre soutien, on répond qu'on est queer, féministes et révolutionnaires, que leur gouvernement, on le foutra en l'air !

Aujourd'hui, on marche dans un cortège radical et unitaire, aux côtés d'autres collectifs queers et féministes, contre un gouvernement qui nous a promis une PMA toujours avortée et qui, même quand on n'attend rien de lui, trouve encore le moyen de trahir ses promesses. Alors on marche pour la PMA. On marche contre les violences médicales infligées aux personnes trans et intersexes. On marche contre la loi asile immigration. On marche contre la pénalisation des clients. On marche contre les réacs et les fachos. On marche contre les violences sexistes et LGBTIphobes. On marche contre un gouvernement au service des riches, qui détruit nos droits et piétine nos vies.

On marche dans les paillettes et dans la fête, dans la fureur et dans la lutte. Tant qu'il le faudra : queer, féministes et révolutionnaires !
... AfficherMasquer

Messages suivants...