C’était un 14 janvier chez Goodyear, la révolte de Mickaël Wamen

 Mickael Wamen à l’émission de Maiténa sur RMC : Il faut faire comme les gilets jaunes des Assemblées Générales partout

Énorme pensée pour les Goodyears : la révolte de Mickael Wamen

14 janvier 2014, il faut annoncer aux 1134, et oui pas un ne manque à l’appel, que cette fois-ci c’est terminé …

Après un combat depuis 2014, le capitalisme, aidé du pouvoir en place, a réussi à nous avoir ….

Nous sommes 1134 réunis pour la dernière fois dans notre usine et on le sait, avec un avenir plus que compliqué …

Cette usine où plus aucun bruit de vapeur, de roulement, ne vient gêner cette dernière réunion ….

Ils ont déjà démantelé une large partie des machines, des trous partout en lieu et place des machines où, ont usé leur santé, ces gens qui allaient entendre que cette fois-ci c’était la porte ….

Un silence total et une obligation de tenir un discours le plus simple possible malgré le drame qui se déroule ….

Une fois les annonces faites, c’est un sentiment que tout est fini, que nos vies ne seront plus jamais comme avant, que la broyeuse financière a réussi malgré notre résistance totale ….

C’était il y a 5 ans, c’était un jour pas comme les autres, des regards graves, des yeux pleins de larmes, mélange de colère et de peur du lendemain …

Nous partions dans l’inconnu, usés, fatigués, broyés, par une lutte de 7 années où des « dirigeants, RH, DRH, DRS, consultants de boîtes privées…. » se sont succédé avec un seul objectif, arriver à fermer la boite et ce, quelques soient les dégâts …

Des femmes et des hommes, plus ou moins humains, souvent beaucoup moins d’ailleurs, se sont succédés, à un rythme affolant, à chaque victoire des salarié-e-s, ils étaient remplacés par d’autres …

7 ans, c’est long mais aussi très court, 7 ans à se battre non-stop pour dire « on veut garder notre boulot … », pas un boulot génial, plutôt chiant et pénible d’ailleurs, mais un boulot dans une région où il y en a de moins en moins …

Certain-e-s ont réussi, dans cette période, à arriver vers la retraite, d’autres à trouver une sortie vers un autre emploi, d’autres ont créé leurs boîtes, mais beaucoup sont sans rien et ce, malgré des promesses dont nous savions depuis le début qu’elles n’étaient que mensonges d’une direction et de politiciens complices qui n’avaient qu’un seul but faire fermer cette usine …

D’autres nous ont quitté, soit parce qu’ils ont préféré cela plutôt que devoir affronter un monde horrible où, être sans emploi revient à être une merde, soit parce que la vie ne fait pas de cadeau …

7 janvier 2014, monté sur un escabeau, je fais le discours le plus dur de toute ma vie, celui qui consiste à dire à mes camarades, compagnons, ami-e-s, frères de lutte, que cette fois-ci c’est terminé, nous allons quitter les lieux et plus jamais nous n’y reviendrons, le capital a gagné, certes ils ont morflé mais jamais comme nous n’allons morfler !!!!

Notre combat leur a coûté 1 milliard de dollars, ils n’avaient jamais pensé que des salarié-e-s pourraient leur tenir tête avec autant de rage et d’intelligence …

Ils avaient provisionné la fermeture mais pas la résistance !!!!!

On les a fait chier comme jamais dans une multinationale et nous avons créé des liens au delà de ceux entre syndicalistes, salarié-e-s, nous sommes devenus une famille ……LES GOODYEAR !!!

Alors il nous reste encore quelques combats à mener et gagner contre ces voyous d’actionnaires qui ont tout fait pour que nous devenions les fameux assistés, pointés du doigt par macron et sa bande d’abrutis ….

Un jugement des prud’hommes devra venir dire le 16 mai 2019 si, plus de 5 ans après, un groupe qui a fait la même année de la fermeture, 3.5 milliards de profits et versé plus de 1 milliard de dividendes, avait comme justification la sauvegarde de la compétitivité ….

Devant une autre juridiction faire juger, l’utilisation de produits cancérogènes dans des quantités incroyables sans aucune information et aucune protection, pour que GOODYEAR soit condamné et que les ex salarié-e-s soient enfin reconnu-e-s en maladie professionnelle ….

Et ….

Continuer la lutte, être aux côtés des gilets jaunes, les sans gilet, continuer à œuvrer à ce qu’un jour nous arrivions à empêcher que des connards d’actionnaires puissent décider de vies ou de morts de miliiers de famille …

Certes l’usine a même disparue, rasée par les bulldozers, mais notre histoire et inscrite dans les livres de la résistance ouvrière, nous avons tenu tête au premier fabricant de pneus au monde de 2007 à 2014 !!!

Comme je l’ai souvent dit, notre lutte, combat de classe n’aura aucune utilité s’il ne sert pas la cause d’autres proies du capitalisme ….

Alors, OUI je continue à militer pour que plus jamais des salarié-e-s n’aient à subir cet acharnement d’un groupe qui a passé 7 ans à vouloir nous détruire ….

Ce lundi 14 janvier 2019, ne sera pas un anniversaire banal, il marquera un scandale où l’état a été complice d’une multinationale, un partie dite de gauche qui a mis les moyens de l’état, y compris la justice, au service de bandits, d’actionnaires…

Je continue à militer, lutter, être aux côtés de grévistes, être dans des manifs surtout quand elles ne sont plus de simples balades de santé …

Je continue à me battre pour que la CGT redevienne, une structure de lutte de classe, cela d’ailleurs est au moins aussi compliqué que le combat chez Goodyear, car oui il faut que notre CGT soit l’outil au service de notre camp pour entrer dans une guerre des classes décidée par le capital et mise en œuvre par ces pantins qui accèdent au pouvoir !!!

Je suis un GOODYEAR, numéro 6834, embauché le 9 juin 1992 comme booker sur la Dupleix au coefficient 150 en 4/8 équipe 100.000…..

Il n’y a pas un jour où une chose, un
Événement, ne me fasse penser à notre histoire, pour des raisons drôles ou tristes …..

Ce 14 janvier 2019, sera un jour comme ceux que je vis depuis ce fameux 14 janvier 2014, reprenant le cours d’une vie qui a totalement évoluée, adaptée à l’envie de vivre et de continuer à exister ….

Je ne regrette rien de rien, cette lutte a été magnifique, difficile, douloureuse, géniale, mais nous n’avions en fin de compte aucun autre choix …

Peut-être celui d’accepter un chèque dès le départ et permettre à Goodyear de fermer dès 2007… Nous avons choisi d’entrer en RÉSISTANCE et nous avons eu plus que raison …

Un jour viendra où notre combat sera celui de tout un peuple, nous y serons comme nous l’avons toujours été ….

Notre colère est moins visible mais pas enterrée, nos bourreaux sévissent pour certains, dans d’autres groupes, mais ils n’oublieront jamais comment nous leur avons tenu tête et mis minables plus d’une fois …..

14 janvier 2019, 5 ans après je n’ai rien oublié, juste comme beaucoup de mes ex compagnons de lutte, réappris à vivre autrement, les stygmates s’estompent, la douleur s’enfouit, mais il y a des dates qui viennent rappeler que j’ai été un GOODYEAR pendant 22 ans ….

Énorme pensée aux GOODYEAR…