Notre grève est légitime : blocage maintenu lundi et mardi

BALAUDÉ MENACE DE FAIRE INTERVENIR LA POLICE POUR CASSER LE MOUVEMENT. MAIS NOTRE GRÈVE EST LÉGITIME : BLOCAGE MAINTENU LUNDI ET MARDI !

Comme chacun•e sait, l’Assemblée générale du jeudi 13 décembre a voté la reconduction du blocage de l’université jusqu’à mardi 18 décembre, date de la prochaine AG. Ce blocage survient dans un contexte d’attaques innombrables contre les étudiant•e•s.
Précisément, de nombreuses universités sont bloquées et/ou en grève contre l’annonce de la hausse des frais d’inscription pour les étudiant•e•s étranger•e•s, l’annonce de la fin de la compensation et des rattrapages pour la rentrée prochaine ainsi que la loi ORE et ParcourSup, c’est-à-dire la sélection à l’entrée de l’Université déjà mise en place et qui a laissé sur le carreau pas moins de 120 000 bachelier•e•s cette année.
Malgré la stratégie de communication de la présidence, nous ne sommes pas dupes. Elle prétend s’opposer à la hausse des frais d’inscription pour les étudiant•e•s étranger•e•s et s’engage à ne pas appliquer cette hausse localement. Mais elle n’en a pas les moyens et surtout notre lutte n’est pas locale, nous refusons cette mesure raciste envers les étudiant•e•s étranger•e•s à l’échelle nationale qui, en plus, ouvrirait la porte à une augmentation des frais pour tou•te•s les étudiant•e•s.
Elle prétend encore soutenir les étudiant•e•s mobilisé•e•s mais ne met rien en œuvre pour nous aider à maintenir l’ouverture et l’accès à tou•te•s à l’Université. Bien au contraire, loin d’être farouchement opposée à la sélection, elle n’a pas hésité à faire intervenir, le 9 avril dernier, les forces de police sur ses propres étudiant•e•s, réuni•e•s en assemblée générale, avec les conséquences que nous connaissons : violences policières, peines de prison ferme ou avec sursis pour deux de nos camarades qui attendent leur procès en appel. Et elle nous menace maintenant de recommencer, annonce des sanctions disciplinaires et des poursuites judiciaires à l’encontre de celles et ceux qui maintiendraient le blocage de l’université la semaine prochaine.
Critiquant la légitimité des AG, la présidence prétend maintenant s’appuyer sur une consultation électronique qu’elle a mise en place, annoncée une demi-heure après le vote de la reconduction du blocage, ne laissant absolument pas le temps d’instaurer un débat. C’est très dommageable, d’autant que l’AG de jeudi a également acté la mise en place d’un vote électronique mais en aucun cas son organisation par la présidence, et en aucun cas centré uniquement sur la question du blocage. Le comité de mobilisation devait se réunir le lendemain pour l’organiser, comme les autres décisions.
Manquant également de transparence, nous savons de source sûre, que le processus n’était pas fiable. Nous sommes en effet nombreux•ses à avoir eu la possibilité de voter plusieurs fois, tandis que d’autres n’ont pas pu voter du tout. D’autre part, la question posée lors de la consultation « Êtes-vous favorable à la poursuite du blocage ? », était accompagnée d’un texte clairement en défaveur du blocage mais n’interrogeait personne sur une possible intervention policière à l’université ni sur les raisons profondes du blocage. La consultation de la présidence ne laissait donc, comme prévu, aucun débat possible, contrairement aux AG où des personnes aux opinions diverses ont la possibilité de s’exprimer.
La présidence de Nanterre cherche clairement à casser le mouvement en cours, en utilisant le prétexte des partiels ! Comment pouvons-nous faire reculer cette loi si nous n’avons pas le temps de construire un rapport de force ? C’est pour cela que nous avons voté la grève par blocage en AG.
Nous ne nous laisserons pas intimider et poursuivrons notre combat plus que juste ! Il s’agit aussi de défendre le droit de grève des étudiant•e•s, nous ne cèderons pas !
Nous appelons donc tou•te•s les étudiant•e•s, enseignant•e•s et tout le personnel de l’université, conscient•e•s de la nécessité de se battre pour une Université ouverte à tou•te•s, à refuser fermement à nos côtés la tenue de partiels sous présence policière ou de vigiles privés lundi matin, et à venir tenir le blocage dès 6h30. Sa reconduction sera décidée en AG mardi à 9h30, seul cadre légitime à décider des suites du mouvement.

#FacEnGrève
#FacOuverteÀTouTEs
#BalaudéDémission

Les étudiant•e•s mobilisé•e•s de Nanterre