Face à la politique antisociale du président Macron
Tou.te.s concerné.es...
Convergences des luttes et des grèves
Lançons la contre-offensive...
S'unir pour ne plus subir
Avec le Front Social
Déterminé.es à gagner ensemble !

L’objet de cette initiative est de participer à la construction d’espaces communs permettant aux forces sociales en lutte de se retrouver, d’échanger, et d’agir ensemble sur Paris et en Ile de France.
– Sortir de l’émiettement militant actuel,
– Penser les initiatives posées par chacun.e en tenant compte du calendrier des autres,
– Investir les espaces existant (Front social, Nos droits contre leur privilèges, Génération ingouvernable, etc.) afin de renforcer notre capacité à faire largement et ensemble,
– Arriver à construire un cadre commun (pas nécessairement unique) qui permette de moins enchaîner les réunions dans les semaines, mieux nous retrouver et plus investir les différentes luttes que nous menons et rencontrons,
– Proscrire les journées où il y a 20.000 trucs en même temps !

La page FB relaye les initiatives s’inscrivant dans une dynamique de convergence et appellera à des assemblées selon les opportunités.

Nous utilisons un pad pour mutualiser les échéances importantes : https://bimestriel.framapad.org/p/DB76APj4z7

Fil d'actu Facebook

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

Il y a 1 années

Pour une Assemblée de Lutte

Après les cheminots, les étudiants et lycéens, les ehpad, les fonctionnaires hospitaliers, Carrefour, La poste, Air France, Lustanza France, l'attaque de la Zad de Notre Dame des Landes, les finances publiques se mettent en grève et appellent à les rejoindre sur leur site de blocage :

Centre des finances publiques du 3ème arrondissement (10 Rue Michel Lecomte, 75003)
Centre des finances publiques du 9ème arrondissement (9 Rue d'Uzes, 75002)
... AfficherMasquer

Il y a 1 années

Pour une Assemblée de Lutte

À République en ce moment en soutien à Notre Dames des Lande. si attaque, rdv à Belleville le jour même à 18h. m.facebook.com/story.php?story_fbid=1652131108156389&id=294803323889181 ... AfficherMasquer

Il y a 1 années

Pour une Assemblée de Lutte

Institute for Middle East Understanding ( IMEU )
Palestinians inside Israel protest in solidarity with Gaza on the main road in Jaffa earlier today.
... AfficherMasquer

Il y a 1 années

Pour une Assemblée de Lutte
3 AVRIL : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS !
(Communiqué pour les salariés de la presse, de la communication et des activités connexes)

Les ordonnances Macron n’étaient que le point de départ de la nouvelle ère de destruction des droits sociaux et des solidarités. En ce printemps 2018, les contestations partent de partout, avec un point de départ fixé le 3 avril. 

Ce jour-là, les cheminots entament un cycle de grève de deux mois pour protester contre la mise à sac sur ordonnances du service public de transport ferroviaire. 

Le même jour, chez Air France, une grève massive est annoncée contre une stratégie de compétitivité engagée au sein même du groupe par la direction. 

Toujours à partir du 3 avril, dans l’énergie, la CGT appelle à un mois entier de grève contre la destruction du droit à l’énergie, électricité et gaz, et des missions  publiques des ex-entreprises nationales. 

Du côté des éboueurs et des égoutiers, l’ensemble des acteurs, publics comme privés, vont débuter, encore le 3 avril, une grève illimitée contre la pénibilité et pour un service public des déchets. 

Partout, de l’école maternelle à la maison de retraite, la loi du libéralisme exige que la société toute entière  soit soumise à  des contraintes de rentabilité, quitte à nous détruire la santé, à nous priver de services publics, à gâcher nos vies. 

De partout,  les politiques publiques prouvent la radicalisation d’un gouvernement qui croyait avoir la voie libre pour remettre en cause nos conquêtes sociales, pour s’en prendre à la représentation des salariés, aux syndicalistes et pour promouvoir un salariat kleenex, prétendument adapté au monde d’aujourd’hui. 

La ministre du Travail s’est ainsi permis, le 23  mars, d’autoriser le licenciement d’un camarade postier des Hauts-de-Seine pour des faits syndicaux datant de 2010, ce que même le gouvernement Sarkozy de l’époque n’avait pas osé faire. 

Nous refusons de laisser notre société, nos  entreprises devenir inhumaines. Nous organisons nos luttes et soutenons toutes les mobilisations en cours pour défendre les salariés, les usagers et les citoyens. 

Info’Com-CGT appelle toutes ses sections d’entreprises à tenir des assemblées générales dans la semaine du 3 avril afin  d’écrire des cahiers revendicatifs précis, de définir les moyens d’actions, et de faire converger nos luttes  avec  celles  en  cours  pour construire un mouvement social unitaire capable de faire plier le gouvernement Macron et le patronat.

L’UNION FAIT LA FORCE. GAGNONS TOUS ENSEMBLE !

3 AVRIL : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS !
(Communiqué pour les salariés de la presse, de la communication et des activités connexes)

Les ordonnances Macron n’étaient que le point de départ de la nouvelle ère de destruction des droits sociaux et des solidarités. En ce printemps 2018, les contestations partent de partout, avec un point de départ fixé le 3 avril.

Ce jour-là, les cheminots entament un cycle de grève de deux mois pour protester contre la mise à sac sur ordonnances du service public de transport ferroviaire.

Le même jour, chez Air France, une grève massive est annoncée contre une stratégie de compétitivité engagée au sein même du groupe par la direction.

Toujours à partir du 3 avril, dans l’énergie, la CGT appelle à un mois entier de grève contre la destruction du droit à l’énergie, électricité et gaz, et des missions publiques des ex-entreprises nationales.

Du côté des éboueurs et des égoutiers, l’ensemble des acteurs, publics comme privés, vont débuter, encore le 3 avril, une grève illimitée contre la pénibilité et pour un service public des déchets.

Partout, de l’école maternelle à la maison de retraite, la loi du libéralisme exige que la société toute entière soit soumise à des contraintes de rentabilité, quitte à nous détruire la santé, à nous priver de services publics, à gâcher nos vies.

De partout, les politiques publiques prouvent la radicalisation d’un gouvernement qui croyait avoir la voie libre pour remettre en cause nos conquêtes sociales, pour s’en prendre à la représentation des salariés, aux syndicalistes et pour promouvoir un salariat kleenex, prétendument adapté au monde d’aujourd’hui.

La ministre du Travail s’est ainsi permis, le 23 mars, d’autoriser le licenciement d’un camarade postier des Hauts-de-Seine pour des faits syndicaux datant de 2010, ce que même le gouvernement Sarkozy de l’époque n’avait pas osé faire.

Nous refusons de laisser notre société, nos entreprises devenir inhumaines. Nous organisons nos luttes et soutenons toutes les mobilisations en cours pour défendre les salariés, les usagers et les citoyens.

Info’Com-CGT appelle toutes ses sections d’entreprises à tenir des assemblées générales dans la semaine du 3 avril afin d’écrire des cahiers revendicatifs précis, de définir les moyens d’actions, et de faire converger nos luttes avec celles en cours pour construire un mouvement social unitaire capable de faire plier le gouvernement Macron et le patronat.

L’UNION FAIT LA FORCE. GAGNONS TOUS ENSEMBLE !3 AVRIL : NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS !
(Communiqué pour les salariés de la presse, de la communication et des activités connexes)

Les ordonnances Macron n’étaient que le point de départ de la nouvelle ère de destruction des droits sociaux et des solidarités. En ce printemps 2018, les contestations partent de partout, avec un point de départ fixé le 3 avril.

Ce jour-là, les cheminots entament un cycle de grève de trois mois pour protester contre la mise à sac sur ordonnances du service public de transport ferroviaire.

Le même jour, chez Air France, une grève massive est annoncée contre une stratégie de compétitivité engagée au sein même du groupe par la direction.

Toujours à partir du 3 avril, dans l’énergie, la CGT appelle à trois mois entier de grève contre la destruction du droit à l’énergie, électricité et gaz, et des missions publiques des ex-entreprises nationales.

Du côté des éboueurs et des égoutiers, l’ensemble des acteurs, publics comme privés, vont débuter, encore le 3 avril, une grève illimitée contre la pénibilité et pour un service public des déchets.

Partout, de l’école maternelle à la maison de retraite, la loi du libéralisme exige que la société toute entière soit soumise à des contraintes de rentabilité, quitte à nous détruire la santé, à nous priver de services publics, à gâcher nos vies.

De partout, les politiques publiques prouvent la radicalisation d’un gouvernement qui croyait avoir la voie libre pour remettre en cause nos conquêtes sociales, pour s’en prendre à la représentation des salariés, aux syndicalistes et pour promouvoir un salariat kleenex, prétendument adapté au monde d’aujourd’hui.

La ministre du Travail s’est ainsi permis, le 23 mars, d’autoriser le licenciement d’un camarade postier des Hauts-de-Seine pour des faits syndicaux datant de 2010, ce que même le gouvernement Sarkozy de l’époque n’avait pas osé faire.

Nous refusons de laisser notre société, nos entreprises devenir inhumaines. Nous organisons nos luttes et soutenons toutes les mobilisations en cours pour défendre les salariés, les usagers et les citoyens.

Info’Com-CGT appelle toutes ses sections d’entreprises à tenir des assemblées générales dans la semaine du 3 avril afin d’écrire des cahiers revendicatifs précis, de définir les moyens d’actions, et de faire converger nos luttes avec celles en cours pour construire un mouvement social unitaire capable de faire plier le gouvernement Macron et le patronat.

L’UNION FAIT LA FORCE. GAGNONS TOUS ENSEMBLE !
... AfficherMasquer

Messages suivants...